Accéder au contenu principal

Colony (S01-E01-03)

Los Angeles
…. Série télévisée de S-F (la diffusion de la 2ème saison vient de commencer), dont le combustible principal est – pour l’instant – utilisé à doses très homéopathiques, COLONY nous sert quelques vieilles recettes qui ont fait leurs preuves, et elles n’y dérogent pas non plus cette fois-ci.
Un choix élémentaire – mais judicieux – de dramaxes* permet de débiter de la diégèse, et pas du 56kbits/s ! À cela s'ajoute une réalisation aux petits oignons ; le premier épisode est à ce titre, un modèle d'immersion.   

…. Si COLONY n’est pas la série du siècle, elle remplit - pour l’instant – la mission que je lui ai assignée : me donner l’occasion de passer un bon moment, avec une distribution de qualité (revoir Carl Weathers n'a pas été la moindre de mes surprises).


(À suivre ….)
________________
* Dramaxe, subst. masc. Stéréotype de type idéologique, cliché, axiome logique, etc. Unité de sens simple. Produit du récit lorsqu’il est associé à d’autres dramaxes (Cf. Colas Duflo)

Commentaires

  1. J'ai suivi la diffusion hertzienne de la première saison qui s'est achevée la semaine dernière. Le décorum politico-science-fictionnel est riche en potentiel mais il est utilisé de façon parcimonieuse à ce stade. Le début est un peu poussif par moments (la raison derrière la clandestinité de Will dans le pilote n'est pas claire) mais l'avantage, c'est que ça progresse relativement vite sur un format de dix épisodes, parfois au risque d'en faire trop alors que les scénaristes sont capables de quelques belles fulgurances narratives à l'occasion. L'ouverture du quatrième épisode avec la révélation qui vient ponctuer la fin de la séquence est par exemple bien sentie tant d'un point de vue présentation du personnage que du sous-texte environnant mais dans le même temps, cet épisode se termine sur un rebondissement précoce à ce stade.

    Une série agréable dans l'ensemble mais qui n'a pas encore trouvé le bon équilibre entre progression des personnages (l'arc peu intéressant autour de la sœur) et avancée du contexte de l'histoire (le rôle de l'usine, la présence des hôtes demeurent encore inconnus). Gageons que de ce côté-là, le nouveau statu quo mis en place en fin de saison soit propice à des développements géopolitiques plus amples et satisfaisants.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …