mercredi 29 mars 2017

Cookie Monster (Vernor Vinge)

…. Pour le dire aussi rapidement que ce roman est court, Cookie Monster, est le rêve du capitalisme le plus désinhibé dans une version « hard science », dont la (possible) difficulté de comprendre entièrement ce dont on parle est largement compensée par une forme de poésie et pas mal d’humour. 

L’auteur – Vernon Vinge – a ainsi la bonne idée de rattacher son propre récit à (au moins) deux autres histoires que tout un chacun connaît, ne serait-ce que par « osmose », ce qui permet une lecture intuitive lorsque la maîtrise de certains concepts fait défaut. 
Il a aussi la très mauvaise idée d’inclure dans les dialogues de certains de ses protagonistes - en passant - des échanges sur des romans de S-F, dont il risque de gâcher (un peu) la lecture. 

La brièveté de cette novella (ou roman court), moins de 100 pages dans un format poche (prix Hugo & Locus de sa catégorie en 2004), m’interdit de développer plus avant mon commentaire©™. Ce que je peux dire en revanche c’est que je l’ai lu d’une traite et que je n’ai pas eu à me forcer, bien au contraire. 

En outre, le rapport qualité/prix est très en faveur du lecteur : 8,90€ (et 3,99 € en format numérique) comme toute la collection Une Heure Lumière des éditions Le Bélial’

À quoi s’ajoute une traduction signée Jean-Daniel Brèque, quelqu’un que l’on peut placer dans le peloton de tête des traducteurs encore en exercice, si tant est qu’il prenait à cette profession de faire de la compétition. 
Sans oublier une fort réussie couverture d’Aurélien Police, un illustrateur dont le talent ne cesse de m’épater.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire