Accéder au contenu principal

Carnage (Gerry Conway/Mike Perkins) 1-10

SPIDER-MAN UNIVERSE n° 2 : CARNAGE 
Trimestriel, 5,70 EUR, 120 pages
Bienvenue dans le nouvel univers Marvel ! Gerry Conway, le légendaire scénariste des aventures de Spider-Man, revient avec une série consacrée à Carnage, dessinée par Mike Perkins. 
________________
(Contient les épisodes U.S. Carnage (2016) 1 à 5 + All-New, All-Different Point One (IV))
Sortie le 17 juin 2016

.... Si le scénario du Spider-Man Universe n°2 ne casse pas trois tentacules à Cthulhu, l'histoire quant à elle sort plutôt bien son épingle de la poupée vaudou du tout-venant « marvelien » grâce au travail des fondamentaux par le scénariste en titre.
Back to the basics

.... Des personnages bien campés à la personnalité affirmée, et suffisamment nombreux et hétérogènes pour permettre un florilège d'interactions (sous-entendu intéressantes) ; un storytelling qui ne ménage ni les rebondissements, ni les surprises ; des dialogues à  « caractère informatif » et des punchlines décalées et « rigolotes ». Des surprises qui le cas échéant peuvent aussi se transformer en suspense, pour quiconque a un plan à jour de la Maison des Idées.

Gerry Conway - un ancien du gaz - qui n'est manifestement pas là pour monter une usine fonctionnant avec ce combustible prouve s'il en était besoin qu'il n'y a pas de mauvais personnages.
Et La Survivante est en tout cas la preuve (encore ! Ce n'est plus un commentaire, c'est une liste de pièces à conviction ma parole) ; la preuve disais-je que le rayonnement qu'a le « reclus de Providence » sur l'imaginaire contemporain est inversement proportionnel à la notoriété qu'il avait de son vivant.

Tout en lisant cette « saga complète » , l'éditeur transalpin propose d'ailleurs une nouvelle acception de cette expression où complète est le synonyme de à suivre et non pas qui se suffit à elle-même, or donc en lisant La Survivante (titre de l'arc narratif ou saga complète en question) je me faisais le réflexion que Carnage est un peu l'équivalent d'un tueur en série, et qu'il a été inventé peu de temps après l'acmé cinématographique du phénomène, à savoir Le Silence des agneaux. Vue de l'esprit ou véritable influence ?
Difficile de trancher (si je puis dire).
Christian Grasse continue son travail de subversion au sein même de l'entreprise qui l'emploie ; ainsi n'a-t-il pas peur de nous annoncer à nous lecteurs dans son éditorial que « nous sommes officiellement entrés dans le statu quo All-New All-Different Marvel Univers ! ». 

Le statu quo, vraiment ? 

Voilà une bien singulière manière d’appâter le lecteur. 

Une petite pétouille de traduction (décidément madame Watine-Vievard va finir par croire que j'ai décidé d'en faire ma tête de turc) : « West Viginia » dans la V.O (#2) qu'il me semble plus juste de traduire par « Virginie-Occidentale », devient pour le coup dans ce numéro « l'ouest de la Virginie ». Rien de bien grave cela dit. 
.... En résumé, un numéro bien sympa qui outre un divertissement de bon aloi, m'a permis de réviser mes connaissances en langues étrangères, sans oublier de peaufiner ma langue maternelle et de continuer vaille que vaille de croire dans le genre humain en constatant qu'il est encore possible de s'amuser en lisant des éditoriaux (et une fort sympathique série).
______________
.... Ce mois-ci est sorti la suite des aventures de Carnage (dans le Spider-Man Universe n°5 au prix de 5,60 €).

Conway, bien conscient des limites du matériau qu'on lui octroi utilise toutes les ficelles à sa disposition (effets de texte) pour raconter son histoire : flashback, ellipse, narration parallèle et surtout coup de théâtre - sans oublier de soigner ses personnages - pour un résultat qui induit automatiquement du rythme, du suspense et de l'ambiance.  

Si on n'est guère surpris, Gerry Conway ne réinvente rien qui ne soit déjà connu, la tournure des événements réserve son lot de surprises.

Mike Perkins & Andy Troy, respectivement aux dessins et à la couleurs ne démérite pas non plus.

Pour preuve cette planche d'une efficacité redoutable :

La mise en récit séquentielle est ici encore renforcée par le travail du lettreur* - Joe Sabino - qui donne de la texture au son :

- Le BOOM en légère transparence signifie l'éloignement.
- Son lettrage donne l'impression dans une sorte parallélépipède, quelque chose de fabriqué.
- Celui du bruit du moteur imprime le mouvement.

.... Bref une deuxième salves d'épisodes tout aussi réussie que la première, pour une série qui s'en sort plutôt pas mal.

__________
*Le lettrage français est fait par Laurence Hingray & Christophe Semal.
La traduction est de Sophie Watine-Vievard


(À suivre .....)   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…