Accéder au contenu principal

L'Écorcheur [Neal Asher / Jean-Pierre Pugi]

Aux marches du Polity, une vaste civilisation interplanétaire gouvernée par des Intelligences Artificielles, il y a Spatterjay une planète hostile recouverte par les océans.


 « My aim is to tell a story and to entertain. » 

            « L’Écorcheur » est le premier tome d’une des nombreuses sous-séries qui composent l’univers du Polity, que construit patiemment Neal Asher depuis plus de vingt ans.
La chronologie interne de cet univers le place en 15ème position sur les dix-huit romans recensés du cycle. Néanmoins, à en croire l'auteur et ma propre lecture de « L’Écorcheur », chacun des romans semble disposer d’une autonomie propre. Même si j’imagine que chaque mini-série entretient une continuité interne minimum. 
            « L’Écorcheur » est un planet opera où chaque goutte d’encre exsude le plaisir qu'a l’auteur à nous faire partager son enthousiasme pour ce qu’il écrit. 
Exotisme, puissance de feu, sense of wonder, rien ne manque à « L’Écorcheur » pour être un roman d’évasion réussi. Chaque aspect y fait l’objet d’un décentrement par rapport à quoi nous attendre. Concentration garantie !
Neal Asher y convoque également au moins une question existentielle. 
            Connue en philosophie sous le nom de « bateau de Thésée », cette expérience de pensée prendra bien évidement chez l'anglais un aspect plus terre-à-terre, plus organique. 
Ce qui n’empêchera en rien la confrontation existentielle d'avoir lieu. 

            Planet opera maritime, roman d’épouvante également, « L’Écorcheur » tout en développant une intrigue modulaire autonome, plante les indices d’un univers bien plus vaste qui ne demande qu’à se développer. C’est bourré d’idées et d’énergie. En plus d’être intense, « L’Écorcheur » se complique d’intentions symphoniques et humaines. 
Un roman dont les différents points de vue et la vision panoramique restent une boussole sûre pour n’importe quel lecteur. 
Pas besoin d’avoir fait planet opera ou « postcyberpunk » en première langue pour s'y sentir à l'aise, le goût de l’évasion suffit ! 
Publié chez Fleuve Noir™ et ensuite Pocket™, les couvertures de ce roman, respectivement de Stephan Martinière et de Marc Simonetti donnent un aperçu assez précis sur ce qu'il offre. 

(À suivre ....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®