Accéder au contenu principal

La maison des épreuves [Jason Hrivnak / Claro]

En 2010, l'écrivain & traducteur Claro reçoit un livre, écrit par un canadien anglophone. Il est accompagné d'une lettre dans laquelle l'auteur y exprime son désir d'être traduit.
En 2017 paraît aux éditions de l'OGRE « La maison des épreuves » de Jason Hrivnak, traduit par Claro.
144 pages divisées en quatre parties : Introduction, La maison des épreuves section 1, La maison des épreuves section II et La maison des épreuves section III.

            Parfois quelques lignes suffisent à sceller une poignée de main secrète avec un auteur, et vous voilà embarqué. Récit macabre et morbide, l'introduction est une façon de  jeux interdits  très immersif : « Telle était l’économie de base du Terrain d’essai : la torture en échange d’un aperçu de ce que le cœur désirait. [...] Nous concevions des épreuves dans lesquelles de vieux voisins séniles avaient droit à une journée de lucidité par an s’ils acceptaient de commettre un acte violent sur un de leurs proches. Et parce qu’il appartenait au Terrain d’essai d’attribuer des récompenses de plus en plus réduites, chaque épreuve devenait de plus en plus difficile et virulente au fil du temps. [...] Le voisin sénile était forcé de commettre des actes toujours plus horribles jusqu’à ce que ses proches l’abandonnent et que plus personne ne vienne le voir lors de ses journées de lucidité mal acquises.»
Et puis patatras !
Si la section 1 captive encore, la suite ennui profondément. 
            En effet Jason Hrivnak s'émancipe d'un récit traditionnel, et captivant, pour le champ de l'expérimental, lequel a eu sur moi des vertus surtout soporifiques. 
Là où Claro confiait à son blog y avoir lu « diverses situations, souvent incongrues, toujours pertinentes, et profondément poétiques, où il faut choisir, prendre position. » et surtout un livre poignant.
Là où je n'ai vu qu'un long questionnaire, un QCM vite barbant, un roman bien trop conceptuel pour mes goûts
C'est un peu ma faute, car si je suis patient, ça ne dure jamais longtemps.

             Mais trêve de plaisanterie, « La maison des épreuves » dont on a dit parfois qu'elle été mitoyenne à La Maison des feuilles de Mark Z. Danielewski, après une très captivante introduction, bascule selon moi dans un LDVELH (livre dont vous êtes le héros), voire un anti-manuel de suicide, comme le précise Claro (toujours sur son blog). 
Rien dont je sois finalement très friand.

« La maison des épreuves » reste donc sur la marché, mais vous serez peut-être son prochain acquéreur ? 
19 euros, prix net vendeur.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®