Accéder au contenu principal

Archangel [William Gibson / Michael St John Smith / Butch Guice]

Écrit à quatre mains, une collaboration dont William Gibson dira que le résultat est un produit de la non-additivité. Ce que William Burroughs & Brion Gysin appellaient le «tiers-esprit » ; c'est-à-dire que la somme des talents est plus grande que l’addition des aptitudes singulières. 
Le scénario est ensuite passé entre celles du dessinateur Butch Guice, puis d'Alejandro Barrionuevo à partir du quatrième numéro. La série a été encrée par Tom Palmer, aidé de Guice. Le poste de coloriste aura aussi droit à son jeu de chaises musicales ; Diego Rodriguez puis Wes Dzioba.
Un travail à la chaîne que connaissent bien ceux qui s'intéressent à la bande dessinée étasunienne, mais qui pour le coup montre largement ses limites. Les planches sont en effet assez inégales. Mais Alejandro Barrionuevo n'est pas le seul à blâmer, d'autant qu'il fait le découpage de chaque numéro. On peut d'ailleurs apercevoir dès le premier une nette différence entre les planches, pourtant dessinées par Butch Guice.  
C'est d'autant plus regrettable qu'un Butch Guice en pleine forme aurait parfaitement convenu à l'ambiance de la mini-série.
Laquelle a été commercialisée en France dans un recueil traduit par Philippe Touboul, et lettré par Fred Urek. Une équipe qui a l'habitude de travailler pour les éditions Glénat™.

            Comme je l'évoquais dernièrement à demi-mots, « Archangel » s'inspire d'une idée du voyage dans le temps qu'avaient déjà utilisée Lewis Shiner & Bruce Sterling [Pour en savoir +] au mitan des eighties
Laquelle permet notamment de s'affranchir de manière très élégante des fâcheux paradoxes que de tels voyages ne manquent jamais de créer. 

            Ainsi In the Shadow of the Moon, de Jim Mickle, est un film qui repose entièrement sur eux. Que le hasard a voulu que je vois juste après avoir fini « Archangel », et pendant ma lecture de Périphériques, le roman de Gibson, publié dernièrement par les éditions Au Diable Vauvert™.

Et tout aussi astucieux roublard que soit le scénario du film de Mickle, utiliser les paradoxes est à double tranchant. 
Surtout que In the Shadow of Moon s’appuie sur une interversion bien connue mais toujours problématique.
Reste un thriller qu'on peut suivre avec plaisir, quand bien même on voit venir une ou deux articulations scénaristiques. Et si une durée un peu plus courte, et une fin plus ambigüe, aurait été encore plus à mon goût. 
             Or donc, « Archangel », pour en revenir à mon sujet du jour, est une histoire de Sf de type rétro-futuriste. Autrement dit le futur décrit y est tel qu'on pouvait l'imaginer dans les années 1970/1980, lorsque l’apocalypse nucléaire de la Guerre froide© était encore très présent dans l'imaginaire collectif occidental. 
Mais là où Sterling & Shiner donnaient à voir, dans leur nouvelle, une forme de capitalisme culturel sauvage à l’œuvre, Michael St John Smith & William Gibson optent pour une autre direction, tout aussi plausible.
            Au final, jouant sur un présent qui aurait tout aussi bien pu être notre futur (vu des années 1970/1980), et malgré une qualité graphique qui ne fera pas date, « Archangel » est une histoire captivante.
Dont le principal défaut est d'être trop courte. 

Mise en œuvre de l'hétérotélie, concept façonné par le sociologue Jules Monnerot qui veut que « les actions humaines engendrent des effets indésirables », dont on ne s'aperçoit parfois des effets que sur le temps long. « Archangel » est un divertissement qui peut donner à réfléchir. Sans ennuyer.            

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er