Accéder au contenu principal

C'est vous Sannata3159 ? [Vandana Singh / Jean-Daniel Brèque]


C'est sous la très belle couverture de Célia Teboul [Pour en savoir +] que le nouveau Bifrost post-confinement est arrivée (sortie officielle demain, le 28/05).
            Un copieux dossier sur A.E. Van Vogt, dont je n'ai lu pour l'instant que l'entretien mené par Charles Platt ; qu'il restitue sous la forme d'un article très captivant et assez hallucinant.
La fascination qu'y manifeste A.E. Van Vogt pour les « systèmes » nimbe cette entrevue d'une inquiétante étrangeté digne de n'importe quelle (bonne) nouvelle de « weird Fiction ».
Un registre dont il sera question avant la fin de cette entrée, puisque je m'attarderai sur l'une des nouvelles de la revue  : « C'est vous Sannata3159 ? » de Vandana Singh. La seule que j'ai lue pour l'instant.
Les fanzines critiqués dans la rubrique Coin des revues, par Thomas Day laissent toujours l'impression d'avoir assisté au tabassage de quelques loustics par la brute du quartier. Il n'y a jamais beaucoup de prisonnier.
Bref un numéro qui s'annonce très très bien [Pour en savoir +], et dont je reviendrai sûrement parler.

          Or donc, « C'est vous Sannata3159 ? » traduit par Jean-Daniel Brèque, est une nouvelle qui m'a fait pensé à ce que disait Jeff VanderMeer [Pour en savoir +] à propos de la « weird Fiction » : < l’intrigue ne compte pas plus que l'atmosphère d’épouvante incompréhensible et suffocante induite >. Un point de vue qui colle tout à fait à ce que j'ai ressenti.
Si le scénario élaboré par l'autrice native de New Delhi est à la fois simple et somme toute assez prévisible après quelques pages ; l'ambiance dans lequel il baigne et l'histoire qui en résulte est un petit bijou de noirceur et de malaise.  
Moins abstruse qu'Infinis, plutôt abordable à la manière de Delhi [Pour en savoir +], « C'est vous Sannata3159 ? » ressemble à la promesse d'un accident mortel de la circulation vers lequel on roule, et auquel on ne pourra éviter de jeter un coup d’œil. 
Définitivement dérangeant !
Une nouvelle qui rentre pile-poile dans les critères de The Maki Project 2020©.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®