Accéder au contenu principal

Roman américain [Antoine Bello]

Un « Roman américain » en forme de matriochkas.

            Récit composé d'articles d'hebdomadaire (The Wall Street Tribune), d'extrait de journal intime, de nécrologies, de mails, d'extraits de roman, d'articles de Wikipedia©, « Roman américain » ne peut pas ne pas faire penser aux fragments de la célèbre trilogie de John Dos Passos. Ou peut-être faut-il aller voir du côté du roman le plus connu de Bram Stoker, lequel avait anticipé cette structure éclatée ; comme semble nous l'indiquer le patronyme d'un des protagonistes principaux ?
Antoine Bello propose en tout état de cause d'explorer la face cachée du commerce de polices d'assurance-vie (un vampirisme contemporain ?) sous la forme de poupées russes textuelles, en un roman qui est aussi son propre mode d'emploi.

            Par exemple lorsque les deux personnages principaux, Vlad Eisinger et Dan Siver, réaniment l'un de leurs jeux de prédilection, celui des devinettes à base d'anagrammes.
Ou lorsque Dan Siver répond à Vlad Eisinger : « La lettre volée est l’une des plus grandes œuvres de la littérature. Songe à tous les thèmes qu’elle porte en germe : Dupin qui résout l’énigme posée par G. sans quitter son fauteuil, la vérité qui n’est jamais mieux cachée qu’exposée en plein jour, la dialectique de la proie et du chasseur, le dédoublement de personnalité à travers la fraternité suggérée de Dupin et du ministre D. ».  

Toujours ludique (la marque de fabrique d'Antoine Bello), « Roman américain » agit comme une anamorphose, tout en perspectives secrètes. Dont le tour de force principal est sûrement de réussir à nous captiver au travers des articles de Vlad Eisinger, sur les vicissitudes du life settlement.
Destin Terrace, un programme résidentiel de 234 logements sis en Floride est en quelque sorte le Wisteria Lane d'Antoine Bello, « un microcosme quasi parfait du monde de l’assurance américaine », et un angle révélateur sur les États-Unis d'aujourd'hui. Et du monde de demain ? 

            Difficile cependant de dire quoi parle exactement « Roman américain », tant il propose d'entrées et ressortit à un dispositif que j'ai précédemment appelé le « point aveugle ». 
C'est-à-dire qu'il s'agit d'un texte qui joue -aussi- avec la théorie de la réception. Ou dit autrement, sur l'interprétation qu'a le lecteur du texte qu'il lit.
Mais une chose est sûr ; le plaisir de lecture a été présent tout au long de ses 300 et quelques pages. 

Et je ne résiste pas au plaisir d'une mise en abyme supplémentaire, puisque dernièrement est sorti à la Série noire, un roman signé Vlad Eisinger, et intitulé Du Rififi à Wall Street !? Ça ne s'invente pas !   

(À suivre ......)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er