Accéder au contenu principal

La clause de salaire [Philip K. Dick / Hélène Collon]

« La clause de salaire » court récit éponyme (dans son titre original) de Philip K. Dick (ici dans une traduction révisée d’Hélène Coullon) concentre toutes les marottes du romancier californien :
<le personnage principal doté d'un savoir-faire, la mémoire, le gouvernement oppressif, la coupure avec le monde réel et la gémellité>.
Bref un précipité dickien qui en outre, démarre sur les chapeaux de roues.

           Plongé in medias res, il m'a fallu un peu de temps pour me rendre compte que cette nouvelle était pourtant plutôt bancale. Le plus dur à croire n'étant pas les extrapolations science-fictives de l'auteur, mais plutôt tout l'aspect terre-à-terre de l'histoire.
Le natif de Chicago ne s’embarrasse pas de faire tenir la composante thriller de sa nouvelle, et multiplie les coups de chance et les heureuses coïncidences. Ce qui nuit pas mal à maintenir l'intérêt et la concentration. Même l'idée centrifuge de l'histoire est assez mal étayée.
Le résultat n'est pas totalement désagréable cela dit, mais semble écrit sous le coup de l'inspiration.
Une manière de formaliser une ou deux idées sans vraiment se préoccuper de la qualité de l'intrigue.

Ce qui sauve « La clause de salaire » est d'une part sa chute. Tellement incroyable que j' en suis resté comme deux ronds de flan.
Et son discours populiste sur la sauvegarde et la revanche du petit commerce et de l'artisanat.
Philip K. Dick n'a jamais caché son intérêt pour l'homme ordinaire, mais le laïus d'Earl Rethrick semble tout droit sorti d'un tract de propagande sensibilisation. 

            Au final « La clause de salaire » laissera plus sûrement une trace dans ma mémoire pour son versant populiste, dans le sens où ce courant politique défend le common man contre les groupes organisés et dominants, qui représentent une menaces pour la liberté et le bonheur de l'individu, que pour ses idées de Sf. 

Comme précisé dans la version Folio Sf™ que j'ai lue, « La clause de salaire » a été adaptée au cinéma par John Woo ; je serais très curieux de savoir comment il a traité cet aspect ?!  

Une nouvelle qui s'ajoute aux textes courts en lice pour le défi-lecture de Yogo

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®