Accéder au contenu principal

Les Traducteurs [Régis Roinsard / Lambert Wilson]

« Les Traducteurs » est un film à huis clos (ou presque) qui s'inspire des règles mises en place, lors de la traduction d'Inferno le roman de Dan Brown commercialisé en 2013. Où onze traducteurs avait été enfermés dans un bunker sous la garde de vigiles, par peur des fuites.
« La partie reprend » 
            Ici il s'agit de traduire Dedalus, écrit par Oscar Brach, un romancier aussi mystérieux que Thomas Pynchon.
Confinés dans une sorte d'abris anti-atomique de luxe, 9 traducteurs vont donc devoir faire face à tout autre chose que ce à quoi ils s'attendaient, sous la houlette un brin méprisante d'Éric Angstrom, l'éditeur du bestsellers en question.  

Hommage à Agatha Christie, « Les Traducteurs » adopte en effet sont dédain des règles, le film de Régis Roinsard est un whodunit astucieux. Il est d'ailleurs assez divertissant de tenter de faire la liste des clichés que le scénario détourne. Sorte de moteur à deux temps, il parvient à maintenir jusqu'au bout le mystère du pourquoi de la mise en scène du maitre-chanteur. 
« Mon personnage a un côté méchant des années 1970 qui pourrait sortir d’un film de James Bond. » expliquera Lamber Wilson.  

            Si l'épine dorsal du kilafé est plutôt solide et machiavélique à souhait, le pathos dont la situation exacerbe (forcément) l'explosion, est cependant un peu trop appuyé pour mon goût.
Mais « Les Traducteurs », s'agissant d'un « mystère en chambre close », d'un film à énigme, se rattrape largement en évitant soigneusement l'ironie et l'humour à son endroit, lesquels caractérisent, bien trop souvent ce type d'histoire.  
Le film y croit, et joue aussi le jeu qu'introduit son propre titre. 
La distribution est y est donc internationale, et une large place est laissée aux sous-titres.
            « Les Traducteurs » a été un très bon divertissement, dont la totalité gomme le ventre mou imposé par la réclusion de ses personnages, à savoir des scènes bien trop mélodramatiques pour être tout à fait honnêtes. 
Si Lambert Wilson en éditeur suave et intéressé est excellent, et parfois caricatural, le reste du casting est à la hauteur de l'ingéniosité du scénario.
« Les Traducteurs » est en somme une très bonne partie de Cluedo™, à laquelle ont aurait invité des Colonels Moutarde et des Mademoiselle Rose dotés d'une épaisseur psychologique.
Une murder party d'une heure quarante, menée par un maître de jeu retors et brutal.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®