Accéder au contenu principal

Chaos Ex Machina [Jack Machillot]

« Arrivé dans la police par hasard, puis resté par intérêt, préfèrant mettre les salopards en taule plutôt que d'y aller lui-même » tel est l'inspecteur Simmons, dit « inspecteur connard ».
« Chaos Ex Machina » de Jack Machillot est une petite pépite de 120 pages, un actioner d'encre et de papier qui se déroule dans un monde à la Blade Runnner© : crachin, surpopulation, flics débordés ou achetés, voitures volantes, implants transhumanistes, drogues exotiques, etc.  
            Mais ce terrain bien connu est un leurre. 
Jack Machillot a concocté une intrigue explosive aux dommages collatéraux surprenants. 
S'il n'est pas le premier à avoir pensé au mariage auquel il nous convie, mais force est de constater que la fête est des plus réussie.
Format oblige, il n'y a pas beaucoup de place pour le baratin. Ce qui n'empêche pourtant pas les punchlines biens senties !
Ça défouraille sec, sans temps morts, mais surtout sans perte de vue des enjeux.

            Une novella tout ce qu'il y a de recommandable, et surtout un auteur à suivre. 
Notamment en passant par son précédent roman, qui lui n'a pas été publié par l'énergique éditeur Ogmios™ [Pour en savoir +], intitulé Mission Thucydide. Lequel semble être lié, sans être indispensable, aux évènements qui se déroulent dans « Chaos Ex Machina ».

Nota bene : Contrairement à Seppuku [Pour en savoir +] j'ai pour le coup préféré un format papier au prix de 8 €. Et outre un envoi diligent, l'ouvrage est tout tout à fait séduisant.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de F ershid B harucha. Cette illustration est, nous dit B rian B olland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien T anino L iberatore en a tiré une version peinte (...). » Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke , alors pré-publié sous le titre de  Souriez , J ean- P aul J ennequin livre un article de  deux pages : C'est tout pour aujourd'hui !  (Tous mes remerciements à Albert .)

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'