Accéder au contenu principal

L' Homme qui a tué Hitler puis le Big Foot

« Quand je devais pitcher le film, j'expliquais à mes interlocuteurs que j'espérais obtenir quelque chose d'original et d'inédit. »
            Une gestation assez longue, dès 2011 Robert D. Krzykowski parle déjà de son projet à qui veut l'entendre, un script de 93 pages et un montage qui resserre les 3 heures de prises de vue à un film inattendu de 90 minutes, dont un climax qui l'est tout autant. « L'Homme qui a tué Hitler puis le Big Foot » est un titre en trompe-l’œil, où les stéréotypes de la culture populaire qu'il véhicule, sont en fait des appeaux.
            En effet, les préoccupations de Robert D. Krzykowski ne sont pas de faire le film d'action que peut laisser supposer son titre ou ses affiches, mais plutôt comme il le dit dans la citation* en exergue, « d'obtenir quelque chose d'original et d'inédit ». 
Mission accomplie,
« L'Homme qui a tué Hitler puis le Big Foot » est assurément très original. 
            Une distribution sans faute, dont un Sam Elliott épatant, se charge d'assurer une immersion qu'une réalisation ingénieuse capte dès la première séquence.
Car passé cette entrée en matière saisissante, le film joue sa propre partition ; qui n'est sûrement pas celle à laquelle on s'attend.
« L'Homme qui a tué Hitler puis le Big Foot » prend totalement à contrepied l'amateur d'actioners que le titre piégerait. S'il n'est pas mensonger, et s'il s'adresse justement à ces aficionados, c'est pour rappeler que tout à un prix.
Même l'héroïsme.
            « L'Homme qui a tué Hitler puis le Big Foot » est aussi, et peut-être surtout, un film introspectif où, à l'instar de l'auberge espagnole, le spectateur y trouvera ce qu'il y a apporté.
_____________
* Citation extraite de l'entretien qu'a accordé le scénariste/réalisateur au magazine Mad Movies n°346  
    

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®