Accéder au contenu principal

Deadwood Dick [Michele Masiero / Corrado Mastantuono / Joe R. Lansdale]

Je l'avais évoqué au moment de mon Commentaire™ sur la nouvelle Hide and Horns [Pour en savoir +], laquelle racontait une aventure de Deadwood Dick, ce personnage avait fait l'objet d'une adaptation en BD par l'éditeur insulaire Bonelli™. Que les éditions Paquet™ proposent à leur tour, pour ceux qui ne liraient pas l'italien.
            Intitulée « Noir comme la nuit, rouge comme le sang » ce premier album s'inspire de la nouvelle Soldierin'. Si le scénariste italien Michele Masiero respecte quasi à la lettre le court récit de Joe R. Lansdale, son découpage permet au dessinateur Corrado Mastantuono d'en faire un album de 120 planches. Auxquelles s'ajoute un entretien avec l'auteur texan sur son travail, et plus particulièrement sur Nate Love alias Deadwood Dick. Une rétrospective et un cheminement créatif dont je parle d'ailleurs dans mon Commentaire™ en lien supra.
            J'ai eu l'occasion de lire lanouvelle intitulée Soldierin', après Hide and Horns, et je l'avais trouvée assez anecdotique. Sa transcription séquentielle par Coronado Mastantuono lui apporte un plus indéniable. Même si les amateurs du travail de Lansdale retrouveront sa patte.
Reste un récit assez prévisible, avec assez peu d'enjeux dramatiques.
Le sujet qui importait alors à Lansdale était, bien évidemment, de donner à lire un western où les protagonistes principaux seraient des ex-esclaves Africain-Américains.
Comme l'explique Joe R. Lansdale, il ne ressent pas de culpabilité quant à l’esclavage, mais par contre il se sentirait coupable  s'il n'avait pas été capable de donner son opinion sur la question. 
Sa démarche est aussi une tentative prophylactique pour tenter de « neutraliser autant que possible le comportement raciste de certaines personnes ».
Reste que ni Lansdale ni Masiero n'en font des tonnes, et l'aventure que vivent Dick et ses camarades de régiment en est avant une, dans la grande traditions du « roman national» étasunien de la Conquête de l'Ouest©.
Non, ce sont les Indiens qui pour le coup, pourraient se plaindre du portrait que la BD fait d'eux.
            La quatrième de couverture de l'album (voir infra) annonce deux autres aventures de Deadwood Dick, probablement donc les adaptations respectives de Hide and Horns et de Black Hat Jack.
Hide and Horns, qui sera titrée Entre le Texas et l'enfer, m'avait bien plu ; nul doute que le talent de Corrado Mastantuono sera encore une fois au rendez-vous.
À noter le prix attractif de « Noir comme la nuit, rouge comme le sang », 13,50 euros, pour une fort belle édition française.
(À suivre ......)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®