Accéder au contenu principal

Spider-Woman [Karla Pacheco / Pere Pérez / Frank D'armata / Junggeun Yoon]

Spider-Woman est une conséquence de l’intérêt quasi paternel que vouait Stan Lee à ses propres cocréations. Et à un sens des affaires qui en a fait la quasi personnification de la maison d’édition Marvel™ à travers presque 50 ans et cinq continents. 
            Une création incidente donc [Pour en savoir +], qui n’a pas empêché cette super-héroïne d’atteindre les 100 numéros parus sous son nom (Spider-Woman #5 dans la nouvelle numérotation), une longévité passée –en partie – à se réinventer. 
Des changements auxquels la scénariste Karla Pacheco et le dessinateur Pere Pérez apportent aujourd’hui leur pierre.
            Si son nouveau costume créé par Dave Johnson, est bien sûr l’élément le plus rapidement repérable, des changements plus profonds seront tout aussi vite perceptibles pour les lecteurs. Peut-être signe d’un projet à long terme (?) pour la scénariste, les neufs premiers numéros de ce nouveau départ renouent avec le passé le plus ancien du personnage en titre.   
            Nouvelle venue dans l’industrie de la BD d’outre-Atlantique, Karla Pacheco a déjà donné quelques échantillons de son savoir-faire. Notamment dans une aventure des Quatre Fantastiques version 2099. Ce one-shot sur les FF du futur, cruellement iconoclaste, dénotait d’un caractère bien trempé. Et son histoire en forme de « team-up » impromptu entre le Punisher et J.J. Jameson enfoncera encore le clou. Elle récidivera d’ailleurs lors de la participation de Spider-Woman au méga crossover King in Black (Spider Woman #7), ingérence dont elle se tire avec les félicitations du jury. 
            Pere Pérez a trouvé quant à lui, chez Frank D’armata un coloriste qui sait mettre en valeur son storytelling
Nul doute que la pratique du Wing Chun® a donné à ce dessinateur d’origine ibérique, un sens du mouvement et du découpage très esthétique. 
Quand bien même cet art martial chinois vise surtout l’efficacité sans fioriture, et un rééquilibrage en faveur des petits gabarits face à des forces de la nature peu amènes.
Un mano a mano que Spider-Woman n’hésitera jamais à mettre à l’épreuve de l’adversité, même dans les endroits les plus incongrus, d’autant plus encouragée par sa scénariste, qu’elle partage la même passion pour les arts martiaux que son dessinateur. 
            « Spider-Woman » présente à mon avis tous les symptômes d’une série capable de cumuler une bonne réception critique, et en même temps les faveurs des lecteurs. 
Je la verrais bien accomplir un run comparable à celui qu’a connu la série Deathstroke chez la Distinguée Concurrence, sous la direction de Christopher Priest ; capable d’actionner tous les ressorts du genre, sans pour autant que sa scénariste y sacrifie son originalité.
Dans les limites que l’éditorial de la Maison des Idées® voudra bien lui concéder. 
Un petit mot pour finir sur les couvertures, qui si elles ne sont pas toutes aussi attrayantes les unes que les autres, au moins Junggeun Yoon leur donne-t-il un cachet qui les distingue assez facilement du tout venant. 
En outre, les couvertures alternatives proposent aussi quelques pépites, comme ici avec Skottie Young qui reprend pour le coup le costume original imaginé par Marie Severin & Archie Goodwin :
(À suivre .....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®