Accéder au contenu principal

VURT [Jeff Noon / Marc Voline]

La réputation est, comme chacun sait, la somme des malentendus qu’on accumule. 
            Récipiendaire, en 1994, d’un prix Arthur C. Clarke©, pour son premier roman (dont il est ici question) publié l’année précédente chez Ringpull Press™, une maison d’édition mise sur pieds par les employés de la librairie où travaillait Jeff Noon. Ce qui en fait de facto un roman Sf. Associé à la génération « Trash » made in Irvine Welsh & John King. Comparé à William Gibson le « pape » du cyberpunk™, Jeff Noon est peut-être, surtout, un auteur « culte », à l’aune de ce que je sais de sa réception en France
Du moins dans l’acception qui définit (ici) un romancier passé sous le radar des lecteurs, dont un petit comité entretient néanmoins la permanence dans l’une des plus obscures marges du quadrant de la culture. 
Cela dit, pour qu’un auteur « culte » le soit, il faut bien évidemment qu’il ne le soit plus. Qu’il accède à une certaine notoriété, pour que ceux qui ne l’avaient pas remarqué alors, puissent dire qu’il l’est. Culte ! 
Ce qui peut doit prendre un certain temps. 
Comme on peut aisément le remarquer, ce marqueur est aussi une manière de démarquer celui qui l’utilise. 
Un qualificatif dont la valeur d’usage souligne désormais son contraire. « Culte » est ainsi devenu l’expression d’un engouement, d’une vénération
            Quasi confidentiel donc, Jeff Noon l’est me semble-t-il resté. Quand bien même les éditions de la Volte™ ont entrepris à l'orée du 21ème siècle de recommercialiser deux de ses romans, dans une nouvelle traduction, publiés respectivement en 1997 et en 1998 par Flammarion™, sans taxonomie particulière. Dont « Vurt ». 
            Le Vurt n’est jamais expressément expliqué par Jeff Noon. 
Il s’appréhende presque essentiellement par l’expérience qu’en font certains personnages. « Vurt » est en quelque sorte un roman d’initiation à sa propre nature. 
Ce n’est donc pas étonnant que l’auteur cite nommément Joseph Campbell ici et là, lorsqu’on lui demande de parler de son roman. 
Autrement dit, Jeff Noon ajoute du Temps à la transposition idiosyncratique du Jardin des délices d’Octave Mirbeau qu’il envisageait du temps où il projetait d’écrire une pièce de théâtre, en s'inspirant de l'écrivain français. 
            Dans une version probablement limitrophe au Tanger de William S. Burroughs de la ville natale de l'auteur, les Chevaliers du Speed sont en quête de plumes Vurt et de Desdémone. Laquelle a disparu dans un monde onirique dont l’accès ressemble à celle d'une borne d'arcade (où les plumes font office de jeton/disquette), peuplé d'un panthéon composé de Maître Chat, du Général Reniflard (un dieu porte), de Hobart
Ce parcours héroïque ne sera évidemment pas sans obstacles ni sans dangers. 
Si le Manchester du Scooby-Gang™ halluciné est 13 étrange, la vurtualité qui accueillera ses membres (le Beetle, Scibble, Mandy ou encore Bridget, sans oublier Scoobydoo la Chose-de-l’Espace qui ne vient pas vraiment de l’espace) grâce auxdites plumes, le Vurt (monde secondaire du Manchester festif & nu) donc, ne l’est pas moins. 
            Lu pour ma part aux alentours de sa première publication hexagonale, j’ai le vague souvenir de n’avoir pas réussi à remplir mes ballastes de la suspension d’incrédulité nécessaire à m’y immerger. 
Vingt plus tard, non seulement la plongée dans « Vurt » ne m’a posé aucun problème, mais je crains bien être devenu accro
Ça tombe bien, puisque cet univers à nul autre pareil, se compose de 4 romans : 
« Vurt1993 » donc, Pollen1995 sa suite immédiate, Alice Automatique1996 un « trequel » aux aventures d’Alice (oui, celle du Pays des merveilles®) en même temps qu'un prequel à « Vurt », et enfin NymphoRmation1997 qui s’intercale entre Alice automatique et « Vurt ». 
Le tout bien évidemment publié par La Volte™. 
Une chronologie qui, de mon point de vue, ne nécessite pas un attachement rigoureux, tant le vurtuniverse n’entretient que peu de liens avec les lois physiques qui régissent notre propre univers. 
            Au final, « Vurt » est une destination que je recommande absolument, d’une durée de 384 pages et d’un prix unique de 22 euros. 
[TW :] Risques d’accoutumance.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er