Accéder au contenu principal

VURT [Jeff Noon / Marc Voline]

La réputation est, comme chacun sait, la somme des malentendus qu’on accumule. 
            Récipiendaire, en 1994, d’un prix Arthur C. Clarke©, pour son premier roman (dont il est ici question) publié l’année précédente chez Ringpull Press™, une maison d’édition mise sur pieds par les employés de la librairie où travaillait Jeff Noon. Ce qui en fait de facto un roman Sf. Associé à la génération « Trash » made in Irvine Welsh & John King. Comparé à William Gibson le « pape » du cyberpunk™, Jeff Noon est peut-être, surtout, un auteur « culte », à l’aune de ce que je sais de sa réception en France
Du moins dans l’acception qui définit (ici) un romancier passé sous le radar des lecteurs, dont un petit comité entretient néanmoins la permanence dans l’une des plus obscures marges du quadrant de la culture. 
Cela dit, pour qu’un auteur « culte » le soit, il faut bien évidemment qu’il ne le soit plus. Qu’il accède à une certaine notoriété, pour que ceux qui ne l’avaient pas remarqué alors, puissent dire qu’il l’est. Culte ! 
Ce qui peut doit prendre un certain temps. 
Comme on peut aisément le remarquer, ce marqueur est aussi une manière de démarquer celui qui l’utilise. 
Un qualificatif dont la valeur d’usage souligne désormais son contraire. « Culte » est ainsi devenu l’expression d’un engouement, d’une vénération
            Quasi confidentiel donc, Jeff Noon l’est me semble-t-il resté. Quand bien même les éditions de la Volte™ ont entrepris à l'orée du 21ème siècle de recommercialiser deux de ses romans, dans une nouvelle traduction, publiés respectivement en 1997 et en 1998 par Flammarion™, sans taxonomie particulière. Dont « Vurt ». 
            Le Vurt n’est jamais expressément expliqué par Jeff Noon. 
Il s’appréhende presque essentiellement par l’expérience qu’en font certains personnages. « Vurt » est en quelque sorte un roman d’initiation à sa propre nature. 
Ce n’est donc pas étonnant que l’auteur cite nommément Joseph Campbell ici et là, lorsqu’on lui demande de parler de son roman. 
Autrement dit, Jeff Noon ajoute du Temps à la transposition idiosyncratique du Jardin des délices d’Octave Mirbeau qu’il envisageait du temps où il projetait d’écrire une pièce de théâtre, en s'inspirant de l'écrivain français. 
            Dans une version probablement limitrophe au Tanger de William S. Burroughs de la ville natale de l'auteur, les Chevaliers du Speed sont en quête de plumes Vurt et de Desdémone. Laquelle a disparu dans un monde onirique dont l’accès ressemble à celle d'une borne d'arcade (où les plumes font office de jeton/disquette), peuplé d'un panthéon composé de Maître Chat, du Général Reniflard (un dieu porte), de Hobart
Ce parcours héroïque ne sera évidemment pas sans obstacles ni sans dangers. 
Si le Manchester du Scooby-Gang™ halluciné est 13 étrange, la vurtualité qui accueillera ses membres (le Beetle, Scibble, Mandy ou encore Bridget, sans oublier Scoobydoo la Chose-de-l’Espace qui ne vient pas vraiment de l’espace) grâce auxdites plumes, le Vurt (monde secondaire du Manchester festif & nu) donc, ne l’est pas moins. 
            Lu pour ma part aux alentours de sa première publication hexagonale, j’ai le vague souvenir de n’avoir pas réussi à remplir mes ballastes de la suspension d’incrédulité nécessaire à m’y immerger. 
Vingt plus tard, non seulement la plongée dans « Vurt » ne m’a posé aucun problème, mais je crains bien être devenu accro
Ça tombe bien, puisque cet univers à nul autre pareil, se compose de 4 romans : 
« Vurt1993 » donc, Pollen1995 sa suite immédiate, Alice Automatique1996 un « trequel » aux aventures d’Alice (oui, celle du Pays des merveilles®) en même temps qu'un prequel à « Vurt », et enfin NymphoRmation1997 qui s’intercale entre Alice automatique et « Vurt ». 
Le tout bien évidemment publié par La Volte™. 
Une chronologie qui, de mon point de vue, ne nécessite pas un attachement rigoureux, tant le vurtuniverse n’entretient que peu de liens avec les lois physiques qui régissent notre propre univers. 
            Au final, « Vurt » est une destination que je recommande absolument, d’une durée de 384 pages et d’un prix unique de 22 euros. 
[TW :] Risques d’accoutumance.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®