Accéder au contenu principal

20th Century Boys


... Imaginez, ..... imaginez la mystérieuse disparition d'un couple, le meurtre d'un jeune étudiant, un signe sur le mur de la maison dudit couple, un fête d'anciens d'une école à la fin des années 90, des souvenirs, des souvenirs plus très clairs, une secte, une épidémie, une bande d'enfants à la fin des années 60, un "cahier de prédictions", les jumeaux les plus terribles du Japon, des clochards, un bébé.


Cette fois c'est à
San Francisco que quelqu'un s'est vidé de tout son sang

... 20th Century Boys est un formidable patchwork de 2 heures 16, mélangeant avec bonheur la naïveté et la fraîcheur d'une bande de gamins qui construisent une base secrète dans les hautes herbes et s'inventent une histoire de mecha qui vient ravager le japon puis le monde. Un monde qu'eux seuls pourront sauver, des gamins qui croquent des bonbons et s'émeuvent devant une affiche un peu polissonne, font du vélo et se bagarrent.
Trente ans plus tard les amis ce sont perdus de vue, à la faveur d'une petite fête des anciens de l'école le passé refait surface alors qu'une secte fait parler d'elle en ville.

De nouveaux réunis les anciens amis pourront-ils sauver le monde. Cette histoire qu'ils ont inventée est en passe de devenir réalité, une réalité bien cauchemardesque. Aussi incroyable soit-elle.


Passant des situations les plus loufoques à des scènes particulièrement saisissantes et crues avec une réussite étonnante ; 20th Century Boys insuffle une sensation d'émerveillement tout au long de ses 2 heures 16. Drôle, émouvant, extrêmement captivant, invraisemblabe, servit par des acteurs particulièrement talentueux le film de Yukihiko Tsutsumi est une belle réussite.

Il y avait un champ et là,se trouvait notre forteresse,
un refuge secret fait de hauts herbes,
notre
base secrète ...
Un méchant particulièrement charismatique et flippant, très flippant même, dans un film utilisant toutes les astuces possibles et imaginables pour nous tenir en haleine ; je ne vous cache pas que j'ai pensé aux films Fantomas en le voyant,ceux avec Louis de Funès auxquels on aurait rajouté quelques séquences bien gores ; une mise en scène astucieuse utilisant quelques effets de manche avec parcimonie mais beaucoup d'à propos : flashback, compte à rebours, rupture de rythme abrupte etc .. tout cela concours à faire de ce premier opus de la trilogie (oui c'est une trilogie) une très bonne surprise et un film éminemment divertissant.
Un environnement musical de très bon goût, le titre du film vient directement de la chanson éponyme de T-Rex, l'un des groupe phare du "glam rock", un style où toutes les audaces étaient possibles à l'instar du film.

Une qualité d'interprétation qui permet toutes les audaces (et il y en a), on y croit quelque soit la situation : des plus intimistes aux plus spectaculaires, des acteurs de doublage motivés et dynamiques apportent un part appréciable au plaisir que l'on retire de 20th Century Boys.


Les neuf guerriers réussiront-ils à sauver le monde ?


Commentaires

  1. Plutôt d'accord...Mais Dieu que c'est frustrant de devoir attendre la suite pour avoir des réponses ! Enfin on chuchote dans mon oreillette que c'est pour ça que c'est bon, parait-il....

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®