Accéder au contenu principal

Bob Morane

À tous les façonneurs de rêves,
à tous les jongleurs de l'improbable


Carte insérée dans le roman
Les dents du tigre


... Bob Morane est d'une certaine manière né d'un rendez-vous manqué.

En juin 1953 Jean-Jacques Schellens, alors directeur littéraire des éditions Marabout est en vacances sur l'île du Levant en compagnie de Bernard Heuvelmans docteur en science zoologique (et qui deviendra un célèbre cryptozoologue).
Schellens propose à Heuvelmans de créer un héros et d'en écrire les aventures pour la collection Marabout-junior. Ce dernier décline l'offre mais oriente Schellens vers un jeune écrivain & journaliste à "l'imagination délirante" : Charles Henri Dewisme.

Le courant passe entre les deux hommes et dés juillet 1953 le profil du futur héros est brossé : il s'agira d'un jeune aviateur dénommé Robert Ujac. Au fil des réunions on fixe pour début décembre la sortie du premier roman.

C'est lors d'une de ces réunions préparatoires que l'idée de consacrer un Marabout-junior à l'expédition sur le "toit du monde" qui vient de faire la une des journaux est lancée. On demande alors à Dewisme de s'en charger.
En un mois le manuscrit des Conquérants de l'Everest est achevé et le livre paraît le 16 septembre, il porte la signature d'Henri Vernes nouveau pseudonyme de Charles Dewisme.

Lorsqu'il revient au personnage pour lequel il a été engagé Henri Vernes en change le nom en Bob Morane et, le 16 décembre 1953 paraît La vallée infernale (tirage 8000 exemplaires).
"Ses mains nerveuses crispées sur les commandes, son visages osseux tendu en avant, mais sa large poitrine gonflée cependant par une sourde allégresse, Bob Morane pointait vers le ciel le nez de plexiglas de son appareil, tentant d'éviter le contact de la montagne. Cette lutte de l'homme et de l'avion, unis pour former un seul être, lui rappelait l'époque où, Flying Commander de la Royal Air Force il menait son escadrille de chasse au combat. Mais, à présent, au lieu d'un Spitfire, Morane pilotait un bimoteur de transport. Ses enemis étaient la montagne et la jungle, et il était seul à les affronter. Une panne de moteur, une erreur de manoeuvre et ce serait la chute dans cette forêt hostile hantée par les serpents, les crocodiles et les Papous coupeurs de têtes.
Après sa démobilisation et son retour en France libérée, où il avait achevé ses études d'ingénieur, Morane s'était senti repris par la nostalgie des vastes horizons. Cela l'avait poussé à s'engager dans l'aviation civile, en Nouvelle-Guinée Britannique. Depuis sa plus tendre enfance, le Français avait possédé un goût marqué pour l'aventure, et cette vie dangereuse comblait aujourd'hui tout ses désirs."

Feuillet publicitaire annonçant l'arrivée du premier Bob Morane

Dis-moi comment tu t'appelles, je te dirai qui tu es

Le patronyme du héros a été l'objet de moult exégèses.

... Pour certains il vient du nom d'un avion le Morane-Saulnier, pour d'autre son origine est africaine : un morane est le nom que l'on donne au jeune Masaï lorsqu'il devient un guerrier. D'autres encore évoquent ce peintre du dimanche et comptable-payeur du journal Week-End auquel collaborait Henri Vernes. .....

Il n'en demeure pas moins que l'aventurier deviendra dés les années 60 un héros "multimédia".

Femmes d'Aujourd'hui n° 731

... En mai 1959 débute sous la férule d'Henri Vernes et de Dino Attanasio une aventure inédite en bande dessinée dans les pages de Femmes d'Aujourd'hui : L'oiseau de feu.

Le 1er mai 1960 le premier tour de manivelle est donné à L'espion au cent visages (film considéré comme définitivement perdu, l'unique copie ayant été détruite dans l'incendie du cinéma Belgavidéo).



À partir du 17 mai 1964 commence la première saison de la série télévisée sur les écran de la RTB.



Sans oublier Panique dans le ciel une palpitante aventure enregistrée sur disque 33t à la fin des années 50, d'autres suivront.

À raison d'un roman tous les deux mois, Henri Vernes écrira 142 aventures pour Marabout (pour un total - toutes maisons d'édition confondues - de plus de 200 romans à ce jour).

Plus rien ne sera plus comme avant ....

... Fin 1958 paraît un roman remarquable à plus d'un titre.
Les dents du tigre est le premier volume double des aventures de Bob Morane mais surtout il change le statut du héros : si les aventures précédant ce roman étaient somme toute plausibles Bob Morane devient à partir d'icelui un héros de pure fiction évoluant dans un univers parallèle au notre, où a eu lieu une troisième guerre mondiale, et éternellement âgé selon la volonté d'Henri Vernes, de 33ans (Pour ce dernier point Cf. Bob Morane par Francis Valéry .. Car rien n'a d'importance (éditions)).
Notons que ce roman inaugure aussi un nouveau type de couverture (dit type 2 chez les amateurs) chez Marabout-junior.



La vie est belle tant qu'il y a des choses à découvrir dit-on, alors pourquoi ne pas faire un tout du côté de Bob Morane !?

Hein ! J
e vous l'demande !

Musique :






Commentaires

  1. Henri Vernes a écrit deux cent romans écris-tu. Selon Francis Valéry lui-même (pas dans son livre, mais entendu de sa bouche un soir dans un pub), il n'en aurait rédigé aucun en entier. Pas même le premier. Légende ou réalité, je ne saurais le dire.

    RépondreSupprimer
  2. Pour le coup je fais confiance à Francis valéry.

    Merci d'avoir laissé un mot amigo.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®