Accéder au contenu principal

The Umbrella Academy


... Permettez moi d'abord de saluer le travail exécuté par les éditions Delcourt sur le recueil des premières aventures de l'Umbrella Academy : La suite apocalyptique.
En plus de compiler comme on est en droit de s'y attendre les six numéros de la série originale, sont ajoutés des croquis de Gerard Way le scénariste, la couverture du TPB U.S par Gabriel Ba ainsi que plusieurs illustration de ce dernier. Une postface de Scoot Allie et les superbes couvertures de James Jean.
Sans oublier deux pages destinées à être publier sur Internet (qui l'on été en leur temps) et le mini récit publié pour le Free Comic Book Day.
Ajoutons un traducteur de talent, un lettrage de qualité, bref un album sinon indispensable au moins indispensable.

À la suite d'un évènement extraordinaire, quarante-trois enfants naissent spontanément de femmes qui ne montraient jusqu'alors aucun signe de grosse. Sir Reginald Hargreeves, inventeur multimillionnaire, adopte et élève sept de ces enfants exceptionnels dans l'espoir de sauver le monde. Les enfants grandissent, leurs exploits au sein de l'Umbrella Academy se succèdent, les crises familiales également .. jusqu'à la dissolution du groupe. De nombreuses années passent avant que les membres de cette famille dysfonctionnelle se retrouve autour de la tombe de leur père adoptif et se déchirent à nouveau. Mais ces retrouvailles coïncident étrangement avec l'apparition d'une nouvelle menace sur la Terre !



... Si les personnages de cette série sont étonnants, les aventures qu'ils vivent sont absolument farfelues, elles sont aussi particulièrement gores.

La deuxième mini série intitulée continue sur la lancée de La suite apocalyptique et s'intéresse hormis à un certain jour de novembre 1963, à nos vaillants membres de l'Umbrella Academy qui ne l'oublions pas forment une famille (éminemment dysfonctionnelle).

Si Gerard Way propose un excellent scénario, le coup de théâtre du n°6 est remarquablement réussi, Gabriel Ba & Dave Stewart en offrent une magnifique illustration.
Des personnages toujours plus étranges, des voyages temporels, j'aime autant vous dire qu'on ne s'ennuie pas un instant avec cette série, qui n'épargne aucun de ses personnages.

C'est souvent drôle, enlevé et parfois (souvent) inquiétant mais toujours terriblement captivant. On s'attend à voir débarquer à tout moment la Brotherhood of Dada.


Le sixième numéro terminé une seule pensée tenaille le lecteur, vivement la suite !
Car il va sans dire que ces six épisodes qui froment certes une histoire complète, ont été délibérément ensemencés de graines d'histoires potentielles. C'est pas beau ça !?



En guise de conclusion, il serait injuste de passer sous silence le travail du maquettiste Tony Ong (pour la version originale) par ailleurs souligné par Scott Allie himself (service).


Or donc The Umbrella Academy - Dallas est édité par Dark Horse pour la V.O et probablement prochainement chez Delcourt pour une version francophone. ... Allo ?!



Devinette :

Comment Mac Gyver est-il mort ?


Solution:
Il est tombé dans un puits et il n'avait pas assez de poils de cul pour faire une corde.
‫‬‭‮‪‫‬‭‮

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®