Accéder au contenu principal

Miss FantomeX


... Le banquier Favreaux est fort occupé. Il a maille à partir avec un maître-chanteur qui l'accuse d'être un fieffé coquin doublé d'un sale escroc.
Brillante illustration de la Loi de Murphy, un homme se présente sur sa propriété et prétend s'être fait accuser à sa place il y a des années. Il lui demande réparation et lui reproche d'avoir laissé mourir sa femme dans le dénuement le plus complet et de ne pas s'être occupé de son fils qui a depuis, disparu.
Si Favreau semble être une belle crapule, il n'en demeure pas moins un homme et courtise avec empressement l'institutrice de sa petite fille, mademoiselle Marie Verdier, qui semble cependant insensible à son charme et à son immense fortune.


Lors du bal donné en l'honneur des fiançailles de sa fille Jacqueline , Favreaux meurt subitement.


Cette mort soudaine qui plonge dans l'affliction sa fille, remet en cause le plan ourdi par la jeune et séduisante institutrice qui se révèle être en réalité Diana Monti, la redoutable chef d'une bande d'Apaches.



L'Apache, sous ce nom popularisé par Le Petit Journal sous la plume d'Arthur Dupin ou celle de Victor Morris, se dissimule une figure criminelle du début du 20ième siècle, qui "réunie l'escroc, l'escarpe, le rôdeur de barrière, le cambrioleur, le faquin à poignard clandestin, l'homme qui vit en marge de la société, prête à toutes les sales besogne pour ne pas accomplir un labeur régulier, le misérable qui crochète une porte ou éventre un passant, parfois pour rien, pour le plaisir ...."
Cependant rien n'est perdu. Diana Monti apprend que Favreaux conservait par devers lui des dossiers compromettants sur nombre de personnalités importantes. Elle décide derechef de cambrioler la demeure du défunt mais, un mystérieux justicier semble vouloir l'empêcher de s'emparer desdits dossiers.


Passages secrets, résurectionnistes, montes-en-l'air, déguisements, faux-semblants, voix d'outre-tombe, détective féru de littérature, hommes et surtout femme masqués, acrobate de cirque, poulbot, pistolets & surins et bal musette sont les ingrédients de ce splendide film, auquel il faut ajouter une atmosphère légèrement sur-naturelle, renforcée par une musique magnifique : la séquence du bal est proprement sidérante de ce point de vue.


Pourtant cette richesse est subjuguée par la présence de Diana Monti.
En prude institutrice, en monte-en-l'air au seyant collant sombre, en danseuse de musette, en cornette, la belle ensorcelle personnages et spectateurs.


Intrépide, pugnace, intelligente, la belle Apache ne s'en laisse conter par personne, et méne sa bande à la baguette.
Interprétée avec gouaille par la magnifique et talentueuse Francine Bergé la gracieuse et redoutable criminelle crève l'écran (et quelques épidermes) et porte sur ses épaules cette histoire, hommage au Judex de Louis Feuillade.


... Si le film de 1963 réalisé par Georges Franju est en tout point exceptionnel il n'en demeure pas moins qu'il souffre d'une petite imperfection, disons plutôt d'une erreur malheureuse.

... Celle d'avoir donné à ce film le nom d'un personnage qui s'il promet beaucoup, est des plus fades à l'écran.
Mutique, souvent dépassé, quasiment absent Judex c'est en quelque sorte l'Arlesienne masquée avec deux pieds gauches.

Alors que Diana Monti est certainement la plus séduisante criminelle de la Belle Époque jamais vue.


Un magnifique personnage incarné par Francine Bergé dont le charme sensuel et espiègle, une espièglerie légèrement vénéneuse fait fureur à l'écran.
Le détective est aussi un personnage savoureux, seul ou en duo avec les enfants du films il supplante haut la main ce pauvre Judex. Même l'acrobate vole la vedette à notre justicier, malgré la brièveté de son rôle.

Malgré cette faute de goût, Judex, (le film) est une œuvre à voir absolument.

Si vous voulez mon avis !

Commentaires

  1. N'oublions pas Francis Blanche était grand amateur de romans populaires à la Fantômas, et qu'il n'est sans doute pas étranger à la présence du redoutable commissaire Fouvreaux de la DDT dans Signé Furax! Le Boudin sacré.

    RépondreSupprimer
  2. Sacré Francis, toujours tout faire à sa sauce.
    Bon heureusement ça ne gâte rien.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®