Accéder au contenu principal

Valérian & Laureline









... Cela peut sembler étonnant mais j'ai, pendant de nombreuses années, fait l'impasse sur la série Valérian agent spatio-temporel.

Pour quelles raisons ?

Je ne sais pas, l'une des nombreuses énigmes de la vie certainement, ..... mais poursuivons.


Et puis en début de semaine, un méchant coup de Trafalgar me saisi sans crier gare et je m'achète le quatrième tome de l'intégrale de l'agent spatio-temporel .
Tome qui regroupe quatre albums : Métro Châtelet, direction Cassiopée, Brooklyn station, terminus cosmos, Les spectres d'Inverloch et Les foudres d'Hypsis.

Et je ne regrette pas mon achat.
Ces deux histoires racontées en deux albums chacune sont excellentes.

De l'humour, de l'action, du suspense, une charmante Laureline qui est loin, très loin d'être une potiche ou le faire-valoir de Valérian.
Une équipe ou des personnages appelés en renfort qui apporte vraiment leur expérience et leur savoir-faire à la mission.
Un héros, Valérian qui n'est ni omniscient ni infaillible, loin s'en faut même.

On remarque aussi un joli travail afin d'accentuer le dépaysement du lecteur lors des rencontres avec des extraterrestres, notamment sur leur forme, leur noms ou leur biotope.

Du très bon divertissement en somme. Voire plus si affinité.

J'ai toutefois pour être franc, le souvenir d'avoir été moins enthousiaste avec une ou deux histoires lors d'une tentative précédente d'abordage de la série.

Il me semble que les histoires en question étaient antérieures à Métro Châtelet ..... album dont on dit qu'il marque une étape importante dans la série ?

En tout état de cause je vais poursuivre ma lecture des aventures de nos deux aventuriers et, allez soyons fous, en reprenant depuis le bédut.

Donc disais-je, 24 € pour quatre albums cela me semble d'un bon, d'un très bon rapport qualité / prix.



Commentaires

  1. Métro Châtelet, c'est même sommet de la série, et un quasi reboot qui se met graduellement en place : le cataclysme de 1986, qui est au coeur des origines de cet univers, est annulé à l'issue de ce cycle en 2 fois 2 tomes. c'est très habile scénaristiquement, et ça crée une nouvelle direction (l'usure aidant, cette nouvelle direction ne sera pas toujours passionnante, ceci dit. la série reste de qualité, mais ronronne souvent).

    Sur les épisodes précédents, il y a des albums assez immenses, ceci dit. J'ai une immense admiration pour l'Ambassadeur des Ombres, j'adore Les Héros de l'Equinoxe, et j'ai beaucoup de tendresse pour la cité des Eaux Mouvantes et pour Bienvenue sur Alflolol. ça a un peu vieilli, mais c'est de la SF engagée des années 70, avec de belles idées, de magnifiques situations et de beaux persos.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®