Accéder au contenu principal

HP Lovecraft


Je n'ai de possibilité d'invention
que dans le doma
ine de l'étrange.
La vie ne m'a jamais intéressée autant
que l'évasion loin de la vie.
H.P Lovecraft


Premièrement: préparer un scénario des événements dans l'ordre de leur déroulement.

Deuxièmement : préparer un scénario des événements dans l'ordre de leur narration.

Réfléchissez. Prenez votre temps.
Changez d'idées autant que nécessaire.
Ne soyez jamais esclave de l'idée originale. Il y a deux sortes d'histoires d'épouvante, celles dans lesquelles la terreur est liée à un phénomène quelconque et celles dans lesquelles elle est liée à l'action d'un personnage ayant un rapport avec cette condition ou ce phénomène.

[...]




... J'ai vu cet excellent documentaire sur Howard Phillips Lovecraft, extrêmement fascinant (et réussi) sur la forme, et d'un fond - semble-t-il - éminemment subjectif.

Michel Meurger par exemple lui reproche de dresser une "biographie pathogène" et de nous resservir le "vieux cliché du solitaire de Providence".




Gilles Ménégaldo quand à lui se demande si ce documentaire incitera le profane à s'intéresser à l'œuvre de Lovecraft tout en constatant qu'il irrite le connaisseur et en déplorant "une fâcheuse impression de confusion, d'à peu prés et de répétition".



... Pour ma part j'ai été véritablement envouté par ce que d'aucuns ont appelé "un esthétisme toc".


Entièrement en noir & blanc, utilisant des ombres chinoises et une iconographie médicale, chapitré à la manière d'un roman, une voix-off bien dans le ton de l'étrangeté véhiculée par cette biographie psychique Le cas Lovecraft, a non seulement réussi à me captiver mais il est également parvenu à me donner envie de me replonger dans les écrits l'écrivain.

Et chemin faisant, à vérifier sinon l'exactitude du portrait ici présenté du moins mes propres idées reçues sur le soi-disant "reclus de Providence".




Howard Phillips Lovecraft fut le Copernic de l'histoire d'horreur.
Il déplaça le cœur des peurs surnaturelles de l'homme, de son petit monde et des dieux, vers les étoiles et les insondables gouffres noirs de l'espace intergalactique.
Pour y parvenir, il créa un nouveau genre d'histoires d'horreur, et de nouvelles méthodes de les raconter.

Fritz Lieber

( in Les nombreuses vies de CTHULHU - Patrick Marcel- Les Moutons Électriques, editeur)




... Warren Ellis a utilisé la présence du "maître de l'indicible" lors de la rencontre mémorable entre Planetary et Stormwatch (et Warren Ellis n'est pas le seul auteur contemporain à inclure d'une manière ou d'une autre l'héritage de HPL dans sa propre œuvre) en voici quelques pages.






"Il sortit alors la Clé d'Argent et fit des gestes et dit des invocations dont il ne se rappelait que

vaguement l'origine. Oubliait-il quelque chose ?Randolph ne connaissait plus que son désir de franchir la barrière pour entrer dans le pays illimités des rêves où toutes les dimension se dissolvent dans l'absolu."
"Pourquoi Randolph Carter n'emporta-t-il pas le parchemin aussi bien que la clé, nous ne pouvons le dire. Peut-être l'oublia-t-il, peut-être évita-t-il de le prendre !" "randolph Carter oublia ce parchemin qu'il ne pouvait déchiffrer - pourtant il eût peut-être mieux valu, pour lui, qu'il se souvînt de l'emporter"

Commentaires

  1. Oui, c'est très joli et fascinant, mais c'est effectivement le vieux cliché du mage halluciné qui se terrait chez lui pour écrire la nuit, refusant de sortir de Providence pour retranscrire les visions prophétiques qui grouillaient dans sa cervelle malade.

    J'ai justement bien insisté dans le bref chapitre de biographie de mon Nombreuses vies pour rappeler que ces clichés sont en majorité du pipeau. Ce qui a surtout retenu HPL chez lui, c'est le fait d'être fauché: chaque fois qu'il a pu, il a galopé par monts et par vaux, de la Floride au Canada, avec un baptême de l'air et divers squattages en bonus.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®