Accéder au contenu principal

Zen


... Il y a quelques semaines, si l'on en croit un article récent sur le zen que je viens de lire, le supérieur du temple Daitoku de Kyôto, alors que les questions fusaient sur les rapports entre le zen et les arts martiaux, la calligraphie, la cérémonie du thé, sur le rôle des sûtras etc.. " fit alors en guise d'explication (et dans un grand sourire), un geste incroyable, spontané, sans repentir possible, comme un samouraï dégainant son sabre ou un calligraphe laissant courir son pinceau sur la feuille de papier : il lança sa tasse au milieu de la pièce .. Joli kôan, n'est-ce pas ?".

Remarquons dés à présent que le même geste dans un bar à deux heures du matin est beaucoup moins zen.
À seize aussi, d'ailleurs.

Cette anecdote ne laisse pas de me plonger dans un abîme de perplexité.

Qu'est-ce qui fait de ce geste un kôan, rappelons que le kôan est une énigme, souvent farfelue, absurde, voire anodine qui a pour but de déstabiliser, de déconcerter la pensée logique.
Ainsi donc, qu'est ce qui rattache le fait de jeter au milieu d'une pièce une tasse au zen ?

Est-ce d'apparaître dans un article traitant du zen ?

Est-ce parce qu'il est fait par un maître de zen ?

La deuxième hypothèse ouvre des horizons inattendus car de fait, toute la production d'un maître zen serait zen.

Vraiment toute la production !

L'aspect farfelu du geste, son absurdité ?

Non c'est complètement farfelue comme hypothèse voire absurde.

Comme quoi on peut écrire dans un magazine culturel et raconter des conneries.
C'est rassurant.

Tout aussi rassurant que de poser des questions à la con.


Summer Glau


Et pour finir deux koans de mon cru :

La vache qui rit fait-elle du bruit si personne ne l'entend ?

Quel est le bruit d'une aile de papillon qui bat au Brésil ?

Quand on range les petites compresses où mettre les grosses qu'on suce ?


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®