Accéder au contenu principal

Wild Palms


L'originalité des amateurs de sagesse où qu'ils se trouvent tient en ce qu'il cherchent toujours la plus éloignée.

La sagesse est une de ces curiosités dont l'importance semble s'accroître avec la distance ..


Le rhinocéros est ce qui nous reste de la licorne. Les restes d'un mythe extatique mais presque aveugle. Tout à fait précieux.


Sénateur Tony Kreutzer

... Wild Palms est une série télévisée en six épisodes écrite par Bruce Wagner (et inspirée de sa propre bande dessinée qu'il a réalisée avec Julian Allen) et produite par Oliver Stone.En quelques mots, il s'agit de la lutte de deux factions Les Amis et Les Pères.

Les Pères ont à leur tête le sénateur Kreutzer, fondateur d'une religion la Synthiotique et accessoirement candidat d'une part à l'immortalité et d'autre part, au fauteuil de président des U.S.A.

Ajoutons que le sénateur est à la tête d'une chaîne de télévision avec un programme emblématique : Les fenêtres du culte et le projet de développer la réalité virtuelle grâce à la société Mimecom et à une drogue la Mimésime un "empathogène" permettant de sentir les hologrammes.

À ce menu bigarré il convient de mentionner l'omniprésence de piscines, de préférence vides, de rhinocéros ; d'une superbe musique de Ryūichi Sakamoto et d'artefacts culturels en provenance directe du Pays du soleil levant, de voitures des années 50.....

J'allais oublier la pratique du kidnapping d'enfants, très en vogue.

Où va une chanson quand personne ne la chante ?

... Alors qu'il est clair que Wild Palms plonge ses racines dans le terreau cyberpunk - en guise de tuteur le premier épisode nous propose un caméo de William Gibson (dans son propre rôle) - l'ordinateur brille par son absence. C'est à la télévision qu'il revient d'occuper la place.

Et à des lunettes qui permettent de s'immerger dans un réseau virtuel & mondial - mais réservées dans un premier temps quelques happy few - à l'instar de notre Internet mais à la puissance dix (un peu à la manière de Matrix).

Le clou qui se tient droit finit par plier

... Le terme cybernétique, nous dit Timothy Leary (qui apparaît en filigrane au travers des idées évoquées dans Wild Palms) vient du mot grec kubernetes, qui signifie "pilote"et reflète une tradition socratique et platonicienne d'indépendance et d'individualisme, ces deux qualités sont combinées, hasards de la géographie, à la hardiesse du marin et à sa débrouillardise.
Le cyberpunk est "un punk nouvelle façon, un punk intellectuel plutôt qu'un gominé". Norman Spinrad
Les "cyberpunks" d'Athènes autrement dit les pilotes, nous précise Leary prenaient leurs décisions tout seuls.

Du grec, on est alors passé au latin avec gubernator qui lui signifie contrôler les actes ou les comportements, diriger, exercer le pouvoir souverain.
Très loin du sens grec.

Et de pouvoirs il en est bien sûr question dans Wild Palms, et le combat qui s'y déroule n'est pas très éloigné de ce qui différencie kubernetes de gubernator.Et de religion (ou de secte c'est selon) aussi il est question avec la Synthiotique que l'on ne peut manquer de rapprocher de la Dianétique de Lafayette Ronald Hubbard.


Au-delà de tous les rapprochements possibles et imaginables que l'on peut faire avec le monde "réel" tel qu'il était au début des années 90, la série date de 1993, ou même tel qu'il est devenu aujourd'hui (et les parallèles sont nombreux) c'est surtout un sentiment prégnant d'irréalité qui baigne Wild Palms et une méchante impression de lâcher prise. Ou peut-être de perdre prise.

Beat me up Scotty

Ainsi qu'une sourde violence qui envahie les situations les plus banales.

C'est peut-être là la grande réussite de la série que de nous suggérer (mais pas seulement, c'est parfois terriblement explicite) jusqu'au malaise un sentiment de peur, le sentiment d'être une proie à l'image d'Harry Wyckoff et de sa famille.
La proie d'êtres assoiffés de pouvoir et prêts à tout pour parvenir à leurs fins.

Cette atmosphère remarquablement réussie est en partie dû à l'excellente ambiance musicale créée pour l'occasion par Ryūichi Sakamoto et aux standards du rock diffusés ici ou là avec un bel à propos.

Ainsi qu'à une talentueuse distribution, il n'y a rien à jeter du côté de l'interprétation.

L'autre atout qui participe de porter Wild Palms en tête du peloton des bonnes série télévisées c'est sa durée : six épisodes. Ni plus ni moins !
Largement suffisant pour conquérir le pays de notre imagination.


La synthiotique : Une secte dangereuse de techno-chamans dont les membres vénèrent son fondateur milliardaire.
Une journaliste

Commentaires

  1. N'oublions pas l'aspect tout simplement métaphorique de l'histoire, où des ambitieux avides de pouvoir sont prêts à dévorer la Réalité pour assujettir les gens.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®