Accéder au contenu principal

Astro City



Et si vous pouviez vous rendre dans le monde des super-héros ?




...
Je viens de relire l'album Astro City Héros Locaux dans sa version française, traduit par Jérémy Manesse.

Astro City est une bande dessinée hautement recommandable, le saviez-vous ?

Née aux alentours de 1995, cette série nous raconte la ville d'Astro City, de ses super-héros et surtout de ses habitants. C'est à la fois un hommage aux super-héros - principalement ceux du silver age, et aux créateurs de bande dessinée -, et des tranches de vie souvent émouvantes, de ses habitants.

Astro City Héros Locaux, comme son titre l'indique fait la part belle justement à ces "anonymes", ceux dont la maison est détruite lors d'une confrontation titanesque entre Samaritain et la "créature aquatique nommée Tentacus" ou lors du retour de Supersonique.

C'est encore Pete Donaceck, portier d'un hôtel et accessoirement sauveur anonyme d'une fillette, ou alors .....

Kurt Busiek et Brent Anderson brossent avec beaucoup de brio et de sensibilité - mais sans sensiblerie - la vie mouvementée d'une ville habitée par moult super-héros et traversée par au moins autant de menaces et autres "super-vilains". Sans compter les extraterrestres.




Si les habitants "sans super-pouvoirs" d'Astro City ont enfin leurs ménestrels en la personne de Busiek & Anderson, les deux larrons n'en oublient pas pour autant de nous montrer la vie des super-héros, mais toujours au-delà du "masque" et des conventions.
La vieillesse, les erreurs et les échecs ne sont pas oblitérés mais ils sont toujours racontés avec humanisme et une acuité à nulle autre pareille.

C'est un regard tendre porté sur la ville et ses habitants. Un regard tendre mais aussi plein d'humour .....


.... et si en me lisant vous pensez qu'Astro City est une série ronronnante et légèrement mièvre, détrompez-vous ! Busiek et Anderson conjuguent avec la même facilité, le même entrain et la même vitalité "humanisme" et "surprises".

Alors laissez-vous surprendre.


Commentaires

  1. Artemus Dada, éternel homme de goût, dont je partage l'opinion une fois de plus....

    Gaspe, cela fait -il de moi ...un homme de goût ?!

    En tout cas, Astro City, c'est comme le cochon, tout est bon.

    RépondreSupprimer
  2. N'exagérons pas, cela fait de toi un homme qui connait un homme de goût. Ce n'est déjà pas si courant matelot.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®