Accéder au contenu principal

Chance S01-E05 (Kem Nunn/Hugh Laurie)


Electric Pow Wow Drum* par A Tribe Called Red (Pour en savoir +)
« Les gens parlent de self-défense. La self-défense est une connerie. Si je me défends, je perds. Je veux que l'autre gars se défende alors que j’attaque. Ça ne fait aucune différence combien d'individus j’affronte. Je veux qu'il se défendent tous parce que cela signifie que je dicte l'action.
Je suis le « pourvoyeur » (feeder). Tant que je suis le pourvoyeur, je gagne. Je me fiche qu'ils soient une douzaine. En ce moment, ce flic est le pourvoyeur. Vous êtes le « receveur ». Vous devez inverser la situation. »
…. Si la série Chance s’appuie sur une valeur sûre, Hugh Laurie (alias Eldon Chance), un rôle très éloigné de celui du docteur House malgré une proximité apparente (ils sont médecins tous les deux), elle révèle un second rôle qui est bien près de lui piquer la place principale. 
En effet, « D », une sorte de survivaliste urbain au passé militaire avéré, prodigieusement interprété par Ethan Suplee, occupe avec beaucoup de présence toutes les scènes que le scénario lui octroie. Le mystère qui l'entoure, et son étrange personnalité accentue encore l'intérêt qu'il suscite. 

Ce duo, que tout oppose, est La réussite de la série. 

Son autre point fort est de laisser au spectateur la possibilité d’interpréter ce dans quoi est tombé Chance, et d’en jouer. 
Jouant également la carte du feuilleton, chaque épisode se termine sur une situation toujours plus ou moins dangereuse pour les personnages que l’histoire s’est arrangée pour rendre sympathiques, ou avec qui on peut le plus partager une certaine empathie. 

…. Après cinq épisodes, Chance est bien partie pour être un chouette thriller, dont le méchant est - cerise sur le gâteau - particulièrement réussi.
__________
* "Electric Pow Wow Drum" n'apparaît pas ici par hasard, ce morceau sert de mise en condition à D avant qu'il ne passe à l'action. Sacré D

Commentaires

  1. Ton article m'a rappelé l'existence de cette série (annoncée il y a plusieurs mois). Et, donc, j'ai commencé à la regarder : le premier épisode est très prometteur; superbement réalisé par Larry Abrahamson (à qui on doit le film "Room", déjà très bon - Oscar à la clé pour son actrice Brie Larson).
    Je suis par ailleurs un grand fan de Hugh Laurie depuis "Dr. House". J'avais adoré sa prestation dans "The Night Manager", et une nouvelle fois, il prouve ses qualités de comédien, dans un registre différent. Gretchen Mol, qui joue Jaclyn, cette troublante patiente battue, est aussi remarquable et très belle.
    Je conseille ça vivement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas mieux en ce qui concerne Hugh Laurie, "Dr House" et "The Night Manager" sont 2 excellentes : série et mini-série.
      Et "Chance" semble aussi aller dans ce sens.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service