Accéder au contenu principal

Brat Pack [Rick Veitch] King Hell Press

       Singulièrement, la mini-série Brat Pack, écrite & dessinée par Rich Veitch, aurait dû être commercialisée par DC Comics, via son label Piranha Press. Mais le différent qui opposera Veitch aux instances de l'éditeur, à propos du 88ème numéro de la série Swamp Thing, qu'il écrivait à l'époque (1987-1989) empêchera le deal de se faire [Pour en savoir +].
Je dis singulièrement, car les cinq numéros de cette histoire s'intéressent aux sidekicks des quatre super-héros de la ville de Slumburg, et dessinent en creux le portrait de leur mentor attitré. Dont trois d'entre eux sont des pastiches de personnages de l'écurie DC, lesquels ne sortiront pas indemnes de la déconstruction du genre auquel se livre l'ancien élève de la Kubert School.
Slumburg, une ville où il fait bon vivre
Petit aparté : la déconstruction dont il est question ici, et qu'on retrouve aussi bien à l’œuvre dans Marvelman , Dark Knight Returns, Watchmen que dans les mini-séries Marshal Law, n'est pas l'action de démonter le concept de super-héros, comme pourrait le faire un horloger avec une montre, mais de mettre en évidence les ambiguïtés et les contradictions qui travaillent le genre en question (Cf. Jacques Derrida).

       Tout commence pour Rick Veitch, lorsque l'éditeur DC Comics décide de lier le sort du Robin d'alors, Jason Todd, au vote des lecteurs ; auxquels il est demandé de choisir si le faire-valoir de Batman doit vivre ou mourir. De cette entreprise somme toute assez malsaine, sortira l'arc narratif en 4 parties (1988-1989) connu sous le titre de Batman, un deuil dans la famille (Jim Starlin & Jim Aparo). 

Si dans les années 1940, lorsque le premier Robin entre dans la vie du Caped Crusader, la grande majorité des lecteurs est composé d'enfants ou de très jeunes adolescents (voir le sondage commissionné à l'époque par l'éditeur Fawcett), presque 50 ans plus tard ce n'est sûrement plus aussi vrai. Rick Veitch saura aussi se souvenir des traces qu'a laissées Fredric Wertham sur le genre, et dans l’imaginaire collectif.
Le "Brat Pack" au complet
Tout comme il est à parier que les amateurs les plus férus ne manqueront ni la référence au diptyque le plus célèbre du duo Green Lantern & Green Arrow, pas plus que ne leur échappera le méta-discours sur Superman (figure idéalisée) au travers de ce que Midnight Mink, King Rad, Moon Mistress et Judge Jury ont fait de l’héritage de True Man, ou encore de l'aspect commercial de la bédé mainstream.

        Si les jeunes morveux du titre, ne sortiront pas indemnes des 160 planches que forment les cinq numéros de la série, je crains que les lecteurs non plus. Si ceux qui n'aiment pas les encapés se régaleront de ce que le scénariste & dessinateur Rick Veitch leur fait subir, Brat Pack s'adressent aussi et surtout, ai-je envie de dire aux amateurs & aux aficionados du genre.
Sans commentaire

Peu connu de ce côté-ci de l'Atlantique, Rich Veitch a néanmoins écrit un récit qui n'a pas à rougir de se trouver sur la même étagère que celle de Marvelman, DKR, Watchmen ou encore Marshal Law. Pas très loin non plus de The Boys de Garth Ennis.
Le dieu de la bédé soit loué, Brat Pack va connaitre une nouvelle édition chez l'éditeur IDW, en septembre prochain. Avis aux amateurs.
Et m’apprend-on, cette mini-série va connaitre une version française assez inespérée, grâce à l'éditeur Delirium.
En février 2019 !       

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Authority [Robbie Morrison / Frazer Irving / Dwayne Turner]

Après la fin de la série précédente qui n'en finissait plus d'arriver, les attentats du 11-Septembre et le faux départ d'un relaunch annoncé, par Brian Azzarello & Steve Dillon. Dans lequel, selon des rumeurs persistantes de l'époque, le clone de Jésus Christ aurait rejoint les rangs de l'équipe ; The Authority redémarre -enfin- sous la direction d'un scénariste inattendu : Robbie Morrison.
Recruté par Scott Dunbier, alors executive editor de WildStorm (un autre nom pour editor-in-chief), qui connaissait son travail pour l'hebdomadaire 2000 AD et le mensuel Judge Dredd Megazine, Robbie Morrison devient donc le nouveau scénariste de The Authority. Après Warren Ellis, Mark Millar et l'interim de Tom Peyer.
Nous sommes alors en 2003.

Si vous connaissez également son travail (Nikolai Dante, Shimura, La Mort blanche ou encore Bendatti Vendetta, pour n'en citer que quelques uns), vous savez donc que Robbie Morrison n'est pas du genre à réinventer la…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…