Accéder au contenu principal

La Toile [Sandra Lucbert]

.... Si l'humanité a basculé dans le XXIème siècle lors de la première Guerre du Golfe (premier conflit à avoir été médiatisé de manière mondiale, et en « temps réel »), la littérature vient de le faire avec le deuxième roman de Sandra Lucbert intitulé La Toile.
Un bandeau qui annonce clairement la couleur

• L'esprit de la lettre
.... 1er roman à donner au récit la forme dominante de communication de ce début de millénaire, l'ouvrage traite également de l'überglasnost exigée par ces échanges. S'appuyant sur un nouvel entrepreneuriat à tendance hégémonique, La Toile dessine en creux les contours d'une société inédite, contaminée par ces startup dans lesquelles le droit du travail est un hashtag ironique et qui, pour les plus puissantes d'entre elles, contrôlent - justement - ces mêmes échanges.

• La route du soi
.... Lieu de commerce, dans tous les sens du terme, la Toile™ est ici soumise aux rayons X d'une perspicacité implacable ; le roman éponyme commence par une préface aussi ludique qu'utile, sur les enjeux codés (comme il se doit) du roman. Je suggère par ailleurs de lire en guise de postface le making-of du livre en question, écrit par l'autrice elle-même [Pour en savoir +].
Et le diagnostique est sévère : loisirs transformés en source de profit à une hauteur jamais atteinte, et dans des formes impensables, exacerbation de l'acte pulsionnel, vie privée marchandisée dans le meilleur des cas, quand elle n'est pas tout simplement considérée comme une anomalie. Et où le profilage, consenti par les utilisateurs eux-mêmes, anéanti l'inventivité.

#J'adhère
EXTRAIT


 Mer. 5 sept. 2012 9:01. Session de Maud Trévian 

##Medium Compte de Maud Trévian

Fil d’actualité : 

....... Ana Stasia et 4 contacts ont commenté la publication d’Agathe Denner.

Agathe Denner il y a 25 minutes
Essayer de te parler quand tu pleures = nier l’existence de l’aquaplaning.
Ana Stasia, Guillaume Thévenin et 66 contacts adhèrent à ça.

...... Guillaume Thévenin
...... C’est tout le problème, quand on se casse ; l’accident personnel est un dommage collatéral de la rupture.
Ana Stasia et 3 contacts adhèrent à ça.

...... Agathe Denner
...... Une vie amoureuse intense n’est qu’un crash-test réussi.
Ana Stasia et 5 contacts adhèrent à ça. 
17 autres commentaires. 

Maud Trévian à l’instant
De retour à Paris, un smartphone mort sur les bras : merci de me redonner vos numéros en inbox, sans quoi je repars pour New York. Aucun accès machine, aucun espoir de vie sociale.
....................... Messenger (1) : Ana Stasia vous a écrit.

Ana Stasia à Maud Trévian
Hey, Maud,
Alors tu reviens vivre en France ?? Mon numéro : 06… Tu as essayé d’extraire la mémoire de ton appareil ?

Maud Trévian Merci, c’est noté. Le temps d’attente chez le réparateur m’enlevait trop d’heures de vie, et la récupération coûte plus cher que l’achat – j’ai renoncé.

Maud Trévian est en train d’écrire… 
De toute façon, mes données appartiennent aux télécoms américaines, à strictement parler.   
_________________________ [Fin de l'extrait]

Ce livre est pour vous si :
- Vous aimez les livres qui, en plus d'avoir quelque chose à dire, y mettent les formes
- Si vous aimez la S-F (sans le savoir)
- Si vous avez un budget de 23,50 €. Ou de 16,99 € pour le format numérique, un must have en la circonstance
- Si vous voulez lire le premier livre du IIIème millénaire

Commentaires

  1. Toujours aussi passionnant, que ce soit les comics ou le reste. Et je t'encourage, modestement, à déborder des comics afin d'élargir l'horizon de nos connaissances.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un