Accéder au contenu principal

Black Man [Richard Morgan / Cédric Perdereau]

Publié après la maintenant très célèbre « trilogie Takeshi Kovacs », et juste avant le premier roman de son cycle de Fantasy, Black Man verra bientôt son univers de fiction s'enrichir, en France, d'une second opus intitulé Thin Air.
Commercialisé aux U.S.A sous le titre de Thirteen, Black Man s'intéresse justement à Carl Marsalis, un humain génétiquement modifié, ressortissant à la Variante 13™.
Plus péjorativement appelés les « trifouillés ». 

           Si Richard Morgan reprend ici l'idée d'une sorte de super-soldat à la Kovacs, son nouveau personnage, Carl Marsalis, au patronyme transparent, et qui prendrait volontiers les traits d'Idris Elba selon l'auteur lui-même, en est un modèle plus « biopunk ». Catégorie qui caractérise l'un des nombreux sous-genres de la science-fiction et qui pour le coup, donne la priorité à la génétique, aux biotechnologies et aux drogues.  Sous des extrapolations qui anticipent nos travers et les dérives possibles de ces différents secteurs de la recherche et du commerce.
Si Marsalis se démarque franchement de Takeshi Kovacs malgré une ressemblance superficielle, c'est surtout le monde auquel il appartient qui donne à ce roman toute son originalité.
Et la manière dont cet environnement agit sur les différents personnages.
Ainsi le sort de la Variante 13™, devenue encombrante est-elle au mieux parquée dans des « réserves » ou envoyée sur Mars.   

Tout cet arrière-plan social, sociétal, géopolitique, cultuel, a occupé chez moi, le meilleur de ma lecture. Entretenue dans sa fuite en avant par un type de personnage que j'aime beaucoup par ailleurs, et une fabrication d’impatience irrésistible.

Il n'y a quasiment pas de temps mort dans Black Man, car lorsque l'action cède à l'explication, celle-ci captive tout autant.   

            Production bulldozer à forte valeur ajoutée, Black Man tire son épingle d'une industrie du divertissement en toujours plus forte expansion grâce à une civilisation extrêmement fouillée et détaillée. Qui, par un juste retour des choses, donne à ses personnages et à son intrigue toute la vraisemblance nécessaire ; même aux yeux des plus sourcilleux lecteurs.   

À lire, toutes affaires cessantes !

Commentaires

  1. Je ne suis pas sur de le tenter. Je vais attendre ton retour sur Thin Air pour me prononcer !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er