Accéder au contenu principal

La Forêt des Mythagos [Robert Holdstock / E.C.L. Meistermann]

J'ai découvert La Forêt des Mythagos de Robert Holdstock, aux éditions La Découverte (sic), dans la collection « Fictions », au tout début des années 1990, sous le titre de La Forêt des Mythimages. Depuis, ce roman a étendu son univers unique au travers de 4 récits supplémentaires.

Aujourd'hui toutefois, la brève présentation de ce que je pense être un « incontournable » de la Fantasy se fera par l'ur-texte par lequel tout a commencé.
Autrement dit, la nouvelle publiée à l'origine dans The Magazine of Fantasy & Science Fiction, de septembre 1981. Et repris dans la trois cent quarantième livraison de la revue française Fiction.

            Texte de Fantasy disais-je, et même, selon la taxonomie de Michael Swanwick*, de Hard Fantasy !
La Hard Fantasy occuperait, toujours selon Swanwick, au travers d'un ensemble d’œuvres, une place centrale dans le genre. Tout comme la Hard Science occupe le cœur de la Sf. Elles sont des « œuvres moteur de la Fantasy, elles sont la source et la justification du genre dans son entier, la machine qui brûle au sein de son étoile. » 
            Ceci étant dit, La Forêt des Mythagos peut aussi être classé, comme le fait d'ailleurs Michael Moorcock, dans la catégorie des récits dits de « forêts hantées »
Ceci n'empêchant d'ailleurs pas cela.

Mais cette histoire est surtout, à mon avis, la réification de «l'inconscient collectif » tel que le concevait celui qui l'a découvert ; Carl Jung. 

On parle ici d'un inconscient (différent de l'inconscient personnel freudien) défini par des « images primordiales », par exemple ici le Ramilllé, et par des traces immémoriales de l'aventure humaine. Comme le saisissant Urscumug
L'inconscient collectif est donc, « en tant que totalité de tous les archétypes, le sédiment de toute l'expérience vécue par l'humanité depuis ses début les plus reculés. » (Cf. Jolande Jacobi). 
Carl Jung, qui disait de sa psychologie qu'elle était d'abord et avant tout un modèle qui permet de penser, aurait sûrement était enthousiaste devant le propre travail de Robert Holdstock, qui fait de ses théories un magnifique terrain d'aventures.
Et un ouvrage, à ma connaissance, totalement unique dans les annales de la Fantasy. D'où son classement en Hard Fantasy. CQFD !

            Reste que si la lecture de ce court texte m'a été très agréable, je proposerais plutôt de se lancer directement dans le roman proprement dit, pour quiconque serait intéressé par la découvert de la forêt de Ryhope
La nouvelle, pour aussi intense que soit sa lecture, la confrontation avec l'Urscumung est toujours une expérience aussi terrifiante, laisse une impression d'inachevé. Et pour cause. 

Une lecture faite dans le cadre du « défi lecture » proposé par Yogo.
__________
*  « Dans la tradition ... » de Michael Swanwick, traduction de Marc Février pour Fées & Gestes, aux éditions Bifrost/Étoiles Vives. Un ouvrage dirigé par André-François Ruaud.    

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service