Accéder au contenu principal

Le Magicien quantique [Derek Künsken / Gilles Goullet / Manchu]

Début du XXVIème siècle, Belisarius Arjona, un homo quantus, surnommé le « magicien », est contacté par un commanditaire pour une arnaque tellement énorme qu’elle nécessite l’aide d’une équipe de spécialistes retaillés. 

« Tu auras besoin d’au moins un Boeski, un Jim Brown, une Miss Daisy, un Leon Spinks et de deux Jethros. 
Sans oublier la meilleure Ella Fitzgerald jamais vue ! »  
Rusty Ryan 

            Le Rat Pack™ en question s’inspire du prototype en la matière, celui inventé par George Allan England (1877-1936) dans son roman The Flying Legion publié en 1920. 
Où un inventeur, milliardaire, et ancien combattant de la « Grande Guerre » y recrutait des ex-militaires, condamnés à l’inaction et à l’ennui comme lui, pour dérober la Pierre Noire de la Mecque. Ce gang aux spécialités complémentaires inaugurait ainsi ce qui deviendra un classique de la culture de masse : des compagnons de Doc Savage aux équipes de Mission : Impossible, en passant par les sept samouraïs.
Sans oublier bien sûr, les « Ocean’s 11 » du long-métrage homonyme. 
Film que revendique par ailleurs Derek Künsken dans la gestation son propre récit. 
Ce qui ne l’empêche pas de se démarquer de Steven Soderbergh, en réunissant une équipe bien plus étrange barrée que celle de Danny Ocean

Ce recrutement est d’ailleurs l’objet du deuxième acte du roman, entendu que ce type d’histoire se plie souvent à un storytelling formulaire de base. Avec lequel, romanciers et scénaristes se plaisent toutefois à jouer, pour que l’incertitude du dénouement subsiste. Tous les récits d’arnaque partagent néanmoins une complexité hors normes, et nécessitent une audace sans pareille. 

Dans le cas d’espèce, la singularité de Derek Künsken ne chamboule pas la formule des évènements d’une arnaque que le lecteur connait dès le début, mais la déplace dans le domaine de la science-fiction. Et il fait de son escroc en chef, un homme quantique ; « chef-d’œuvre de bio-ingénierie et de manipulation neurale, devenu depuis un investissement de R&D marginal ». Un personnage inspiré d'une nouvelle de Stephen Baxter paraît-il, et dont la nature apporte un angle innovant aux récits d'arnaque antérieurs.

D’où le classement de son roman dans une catégorie de Sf, qu’il inaugure par ailleurs, celle du « Bluffpunk ». 

« La seule chose dangereuse ici, c’est mon caractère. » 
Marie Phocas 

            Si Le Magicien quantique nécessite une mise en place discrète et minutieuse du « maxi coup » au cœur de son intrigue, celle-ci avait toutes les chances de devenir, par comparaison, le ventre mou du « space opera débridé » vanté. Ce qui ne sera finalement pas le cas. 
En effet, si elle est l’occasion d’en apprendre plus sur les différents protagonistes et le monde très original inventé par l’auteur, le baroque créatif qui y est à l’œuvre dispute finalement la meilleure part du roman à celle que les amateurs d’epicness to the max ne manqueront pas de dévorer, quand l’histoire va méchamment s’emballer, comme promis. Parce qu’on ne va pas se mentir ; Le Magicien quantique est aussi une histoire à grand spectacle. Qui ne m'a pas déçu. 

            Je ne sais pas si les lecteurs qui s’y connaissent en physique quantique ont été autant subjugués que je l’ai été par cet aspect. 
Mais entre la partie disons « scientifique » du roman, les confrontations épiques & sidérales des flottes en présence et la galerie de personnages originaux, mention spéciale à l’Épouvantail, je sais en définitive de quoi Le Magicien quantique est le nom : celui du sense of wonder
Nonobstant l’association, jusque dans sa quatrième de couverture, avec le film Ocean Eleven, j’aimerais préciser que Le Magicien quantique est bien meilleur que cet argumentaire promotionnel. Qui est aussi le modèle revendiqué par Derek Künsken et un film que je trouve plutôt faiblard (même après l’avoir revu pendant que je lisais le roman). 

En conclusion je remercie Gilles Dumay pour sa confiance, Lola pour sa diligence, et Albin Michel Imaginaire pour ce nouveau service de presse. Ainsi que Manchu pour sa magnifique couverture, et Gilles Goullet pour sa traduction. 

Et bien évidemment Derek Künsken pour cet excellent roman à paraître le 26 février 2020, dont j’espère aussi voir la suite publiée en France

(À suivre ..... ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Cherudek [Valerio Evangelisti / Serge Quadruppani / Éric Vial]

  Quatrième tome du cycle que consacre V alerio E vangelisti à Nicolas Eymerich (si on désire comme moi suivre les aventures de l’inquisiteur de manière chronologique), « Cherudek » est clairement une étape décisive en termes de complexité ; doublée d’une belle réussite.              Comme de coutume plusieurs époques ( ?) forment la trame de l’histoire, mais seule l’année 1360 est clairement identifiée comme telle.  Les deux autres points de vue apparaissent successivement, et respectivement, dans les chapitres intitulés « Néghentropie » et « Temps zéro », lesquels seront numérotés (I), (II), etc. , voire sous-titrés pour ce qui concerne les seconds.  Au même titre que l’obscur « Cherudek », la signification de « Néghentropie » et de « Temps zéro » sera révélée au comble d'une intrigue trépidante.  « Si certains célèbrent encore des cultes païens, votre devoir d’inquisiteur n’est pas de vous poser de vaines questions, mais de leur faire avouer les noms de leurs complices et

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®