Accéder au contenu principal

Le Temps fut [Ian McDonald / Gilles Goullet / Aurélien Police]

Une histoire c'est comme l'instantané de quelque chose de plus vaste que ce qu'il fige. Son cadrage ne dit rien de ce qui s'est passé avant ou de ce qui arrivera. Il s'intéresse par la force des choses à l'une ou l'autre, mais pas à la totalité de ces choses.
Toutefois, celles qui forment l'arrière-plan et celles, plus floues, qui ne font que passer ; ajoutent implicitement à ce que dit cet éclat de temps.
La photographie en prose que nous propose ici Ian McDonald, si elle est plus longue qu'une nouvelle, est cependant plus courte qu'un roman. Comme n'importe quelle photographie, une histoire ne peut pas tout dire. McDonald dépasse cette contrainte pour en faire un choix, lequel fera justement la particularité de son texte.

Philadelphie, octobre 1943 Spitalfields, de nos jours ; Emmet Leigh, bouquiniste, déniche un recueil de poèmes contenant une lettre manuscrite.

            Le vingt-troisième tome de la collection Une Heure-Lumière™, dont la note d'intention prévoit que ses novellas soient lues d'une traite. Autrement dit vite. Ce vingt-troisième tome donc, est paradoxalement un récit qu'on peut vouloir faire durer.
« Ils sont arrivés comme des vautours, hésitant, rôdant, attirés par les phéromones des livres à l’agonie. ». Quand une histoire commence comme ça, je sais que quoi qu'il arrive, je vais prendre mon temps pour la lire. Mais Ian McDonald plus que Gilles Goullet* pour le coup, s'ingénie à fabriquer de l'impatience.
Et comme si cela ne suffisait pas, Le Temps fut se distingue également en ce qu'il occupe pour la majeur partie de son récit l'incertitude du Fantastique. Cette hésitation qui « ne connaît que les lois naturelles, face à un événement en apparence surnaturel » (Cf. Tzvetan Todorov), imprègne durablement son développement. 

Entre hésitation et impatiente Le Temps fut captive avec une rare intensité, et une atmosphère à nulle autre pareille. 

Et, contre toute attente, surprend.

           Une surprise qui, nouveau paradoxe, risque de passer inaperçue, en ce qu'elle est cachée par une chute que d'aucuns verront venir de loin. La fin, qui n'en est pas une justement, on ne la verra pas. Elle est hors du cadre. Elle nous échappe. Mais elle ne peut pas ne pas être là : Le Temps fut.  

Une des réussites majeures d'un catalogue qui n'en manque pourtant pas.

Une novella qui, avec un temps d'avance, le sujet s'y prête, rejoint le Maki Project 2020©.
___________
*J'ai une position très claire sur le sujet. En ce qui me concerne, le traducteur est soit un co-auteur, soit un dialoguiste (cinéma, BD). Autrement dit une cheville ouvrière et artistique indispensable.  Et qui doit être reconnue en tant que telle.
Toutefois, quoi qu'il arrive, comme spécifié ici, l'intrigue est uniquement du ressort de l'auteur original.    

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le téléphone de M. Harrigan [Stephen King / Jean Esch]

Première nouvelle sur les quatre que contient le dernier recueil de S tephen K ing commercialisé en France, « Le téléphone de M. Harrigan » est un joli tour de force.             Superficiellement inoffensive, K ing y joue avec un cliché des histoires d'épouvante auquel n'importe quel aficionados du genre a déjà pensé, « Le téléphone de M. Harrigan » vaut surtout pour le portrait très naturaliste d'un enfant et des ses relations proches. Cela dit, les quelques coups de fils que Craig passera à monsieur Harrigan , et le malaise qui s'ensuivra, ne sont en aucun cas des pièces rapportées qui jurent avec le reste. La nouvelle est au contraire un ensemble très homogène, où l'incursion du surnaturelle appuie là où il faut.             Paradoxalement, alors que l'histoire se déroule au XXI ème siècle, l'impression de se retrouver au cœur des années 1950 ne m'a pas quitté durant toute ma lecture. Du moins des fifties idéalisées ; celles d'une société éta

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

VURT [Jeff Noon / Marc Voline]

La réputation est, comme chacun sait, la somme des malentendus qu’on accumule.              Récipiendaire, en 1994, d’un prix Arthur C. Clarke © , pour son premier roman (dont il est ici question) publié l’année précédente chez Ringpull Press™, une maison d’édition mise sur pieds par les employés de la librairie où travaillait J eff N oon. Ce qui en fait de facto un roman Sf. Associé à la génération « Trash » made in I rvine W elsh & J ohn K ing. Comparé à W illiam G ibson le « pape » du cyberpunk™, J eff N oon est peut-être, surtout, un auteur « culte », à l’aune de ce que je sais de sa réception en France .  Du moins dans l’acception qui définit (ici) un romancier passé sous le radar des lecteurs, dont un petit comité entretient néanmoins la permanence dans l’une des plus obscures marges du quadrant de la culture.  Cela dit, pour qu’un auteur « culte » le soit, il faut bien évidemment qu’il ne le soit plus. Qu’il accède à une certaine notoriété, pour que ceux qui ne l’avaient p