Accéder au contenu principal

Le Temps fut [Ian McDonald / Gilles Goullet / Aurélien Police]

Une histoire c'est comme l'instantané de quelque chose de plus vaste que ce qu'il fige. Son cadrage ne dit rien de ce qui s'est passé avant ou de ce qui arrivera. Il s'intéresse par la force des choses à l'une ou l'autre, mais pas à la totalité de ces choses.
Toutefois, celles qui forment l'arrière-plan et celles, plus floues, qui ne font que passer ; ajoutent implicitement à ce que dit cet éclat de temps.
La photographie en prose que nous propose ici Ian McDonald, si elle est plus longue qu'une nouvelle, est cependant plus courte qu'un roman. Comme n'importe quelle photographie, une histoire ne peut pas tout dire. McDonald dépasse cette contrainte pour en faire un choix, lequel fera justement la particularité de son texte.

Philadelphie, octobre 1943 Spitalfields, de nos jours ; Emmet Leigh, bouquiniste, déniche un recueil de poèmes contenant une lettre manuscrite.

            Le vingt-troisième tome de la collection Une Heure-Lumière™, dont la note d'intention prévoit que ses novellas soient lues d'une traite. Autrement dit vite. Ce vingt-troisième tome donc, est paradoxalement un récit qu'on peut vouloir faire durer.
« Ils sont arrivés comme des vautours, hésitant, rôdant, attirés par les phéromones des livres à l’agonie. ». Quand une histoire commence comme ça, je sais que quoi qu'il arrive, je vais prendre mon temps pour la lire. Mais Ian McDonald plus que Gilles Goullet* pour le coup, s'ingénie à fabriquer de l'impatience.
Et comme si cela ne suffisait pas, Le Temps fut se distingue également en ce qu'il occupe pour la majeur partie de son récit l'incertitude du Fantastique. Cette hésitation qui « ne connaît que les lois naturelles, face à un événement en apparence surnaturel » (Cf. Tzvetan Todorov), imprègne durablement son développement. 

Entre hésitation et impatiente Le Temps fut captive avec une rare intensité, et une atmosphère à nulle autre pareille. 

Et, contre toute attente, surprend.

           Une surprise qui, nouveau paradoxe, risque de passer inaperçue, en ce qu'elle est cachée par une chute que d'aucuns verront venir de loin. La fin, qui n'en est pas une justement, on ne la verra pas. Elle est hors du cadre. Elle nous échappe. Mais elle ne peut pas ne pas être là : Le Temps fut.  

Une des réussites majeures d'un catalogue qui n'en manque pourtant pas.

Une novella qui, avec un temps d'avance, le sujet s'y prête, rejoint le Maki Project 2020©.
___________
*J'ai une position très claire sur le sujet. En ce qui me concerne, le traducteur est soit un co-auteur, soit un dialoguiste (cinéma, BD). Autrement dit une cheville ouvrière et artistique indispensable.  Et qui doit être reconnue en tant que telle.
Toutefois, quoi qu'il arrive, comme spécifié ici, l'intrigue est uniquement du ressort de l'auteur original.    

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Suicide Squad [ James Gunn & Co. ]

D’après le réalisateur J ames G unn, J ohn O strander, le scénariste de bandes dessinées qui a recréé la Suicide Squad ® en 1987 - et à qui le réalisateur a offert un caméo, est ravi par le film.  Autrement dit, malgré une direction aux antipodes de celle qu’il avait adoptée lors de son run (1987-1992), J ohn O strander accorde son onction au jeune prodige. Sympa !  Lequel réalisateur réutilise tout ce qui a fait le succès des Gardiens de la galaxie i.e. : si vous avez aimé les deux blockbusters du MCU™, vous aimerez ce nouvel épisode de la Suicide Squad ® . Quand bien même la formule gagnante est en contradiction complète avec l’idée-force de l’équipe cornaquée au siècle dernier par J ohn O strander ; où chaque membre était susceptible de mourir pour l’accomplissement de la mission.              J ames G unn opte en effet pour le ton parodique qu’on lui connaît, un choix déterminisme qui transforme tous ses personnages en caricature, certes très amusantes, mais dont le destin im

Un espion de trop [Lee Remick / Tyne Daly / Charles Bronson / Don Siegel]

Ce film, sorti en 1977, s'appuie sur le roman de W alter W ager ( Le Code ) et un cliché du film d'espionnage : les « agents dormants ». • La vie c'est simple comme un coup de fil             Peu après la crise dite des missiles de Cuba , l' U.R.S.S. , en représailles, dissémine sur le territoire des U.S.A. des « agents dormants ». Vingt ans plus tard, l'époque est à la détente, mais pas au gout de tout le monde. Nicolai Dalchimsky , stalinien pur sucre goûte assez peu le rapprochement entre les deux blocs ennemies, et la purge dont les féaux du « Petit Père des peuples » sont la victime. Il se rend aux États-Unis pour réveiller les « agents dormants ». Le KGB envoie un agent pour le neutraliser.   • Chercher la femme             Manifestement, à plus de 60 ans D on S iegel a perdu de sa superbe. « Un espion de trop » est, pour ainsi dire, surtout un film de trop. B ronson y joue une caricature de ses meilleures interprétations, le dur à cuire taciturne, et D on

Shot Caller / L'Exécuteur

R ic R oman W augh connait plutôt bien le milieu carcéral étasunien, car, pour l'un de ses précédents films, il avait travaillé en tant qu'agent de libération conditionnelle bénévole en Californie . Sans que personne ne sache - bien évidemment- qu'il travaillait dans le cinéma.  Une expérience sans filtre qui lui sera donc également profitable pour « Shot Caller », un film de moins de 10 millions de dollars, sorti aux États-Unis en 2017.              Titré bêtement, et surtout sans rapport avec la signification de son titre original « L'Exécuteur », pour sa sortie francophone Direct-to-vidéo (DTV), ce long-métrage de deux heures raconte l'histoire de Jacob Harlon , un homme d'affaires de Pasadena (CA), qui verra sa vie familiale épanouie et ses prometteurs projets professionnels disparaitre suite à un funeste accident de la circulation.  Envoyé en prison, où il côtoiera des criminels professionnels (si j'ose dire), il fera tout pour y survivre.