Accéder au contenu principal

L'Homme qui vit l'avenir du Reich [John Brunner / Frederica Boschetti]

John Brunner (1934-1995), était, je crois, l'auteur d'une science-fiction d'avant-garde (et je crois qu'il l'est encore).
Membre éminent de la New Wave™, cette vague de Sf expérimentale que surfaient alors des gens comme Ballard, Aldiss, Disch ou Moorcock ; dont la revue New Worlds en était le spot emblématique. Donc, Brunner, connu pour sa tétralogie intitulée « Le Choc du futur », savait aussi écrire des choses plus légères.  Non, sans rire.

            Entre 1977 et 1992, il a ainsi écrit un cycle informel de neuf nouvelles, dont quatre ont été traduites en France, mettant en scène messieurs Secrett et Scrivener
Leur titre respectif commençait, en anglais, invariablement par « The Man who .... », et elles racontaient, à chaque fois, par l'intermédiaire de M. Secrett une étrange histoire à l'attention de M. Scrivener.  
De celles qui n'auraient pas juré dans une saison de la Quatrième Dimension©

           La plus singulière des quatre, parue dans le 333ème numéro de Fiction, revue qui a également accueilli les trois autres, et ma favorite ; est celle qui intitule cette entrée de blog. 
Son étrangeté vient de l'horizon d'attente, entendu ici dans l'acception de la théorie de la réception (Cf. H.R. Jauss), qu'anticipe le lecteur d'une revue comme Fiction (ou The Magazine of Fantasy & Science-Fiction qui en avait publié la version originale).

En effet, à moins de ne pas connaitre ladite revue, et d'en escamoter l'explicite couverture (de Philippe Adamov), sa lecture s'insère dans un contexte de caractéristiques et de références antérieures, connu du lecteur.  Lequel l'achète en connaissance de cause.
Pour faire simple, Fiction était une revue de SfFF ; et avec cette nouvelle John Brunner manipule l'horizon d'attente de ses lecteurs.
C'est ainsi que conformément aux trois autres histoires, celle-ci repose également sur une « chute », dont l'impact aurait été tout autre si elle avait été publiée dans une revue de littérature blanche.  Je peux même dire, sans crainte de trop m'avancer, qu'en ce cas il n'y aurait pas eu de « chute » du tout.

Si dans les numéros 289, 369 et 380 de Fiction, où ont été publiées les autres traductions du cycle en question, c'est clairement Scrivener qui fait les frais des histoires de Secrett. Dans celle de L'Homme qui vit l'avenir du Reich, Brunner brise intentionnellement, mais surtout discrètement, le Quatrième mur© ; et s'adresse directement à ses lecteurs. 

Ou peut-être est-ce M. Scrivener qui le fait !? 

            En tout état de cause, L'Homme qui vit l'avenir du Reich, n'avait visiblement pas vu que son histoire irait rejoindre celle du challenge de lecture proposé par Yogo :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service