Accéder au contenu principal

La Piste des Éclairs [Rebecca Roanhorse / Isabelle Pernot]

Sous une très belle couverture de Jean-Sébastien Rossbach, le premier tome de ce qui devrait être une tétralogie, intitulée le Sixième Monde, en référence à la culture Navajo, vient d'être commercialisé.

L'examen attentif de ladite couverture nous renseigne sur le possible dessein de Rebecca Roanhorse :
• Une héroïne dure-à-cuire.
• Un coyote, ou peut-être Coyote, sûrement le plus célèbre trickster connu.
• Un paysage de plaine
• Et un titre français qui renvoie à moult westerns (et à la tristement célèbre « Piste des Larmes »). 
Bref, un horizon d'attente clairement circonscrit.

Sauf que pour le coup ce récit d'Urban Fantasy, autrement dit un récit de Fantasy qui se déroule sur notre planète, dont le merveilleux -discret- ne provoque pas de rejet, et contenant une bonne dose de romance ; est vu sous l'angle aborigène.
L'héroïne de La Piste des Éclairs est en effet une amérindienne navajo, et l'essentiel de l'histoire se déroule dans le Dinétah (ou terre natale).
En outre l'autrice se revendique de l'Indigenous Futurism, un mouvement littéraire calqué sur celui de l'Afrofuturisme.

Ici, s'agissant de Fantasy, je traduis par « Fantasy aborigène », entendu que l'aborigène vit dans un pays depuis l'origine de son peuplement, et que cette Fantasy propose un point de vue autochtone au sein des  « Mauvais genres » de la Littérature. Ici, celui, romancé, des Navajos.

Cependant La Piste des Éclairs ne se résume pas à des enjeux de classification. On peut d'ailleurs tout à fait les ignorer sans que les qualités de ce premier tome, traduit par Isabelle Pernot, ne s'en trouvent affectées.

Prix Locus© 2019 du « Premier roman », ses 320 pages se lisent quasiment d'une traite (et pour tout juste moins de 10 euros, en format électronique).

             Maggie Hoskie est une « chasseuse de monstres », un quasi stéréotype du genre, attachante et rentre-dedans. (J'avoue un faible pour ce genre d'héroïnes, toujours prêtes à botter des culs.)
Elle évolue dans un monde post-effondrement, et s'y confronte à une partie du panthéon amérindien. Dont Coyote, un trickster
            Petit aparté
            Le terme de trickster dans le sens où l'entendons ici, a probablement été utilisé pour la première fois par l'archéologue et ethnologue Daniel Brinton en 1898. Il désigne un personnage particulièrement complexe, identifié d'abord dans certaines cultures indienne d'Amérique du Nord. 
Ce personnage apparaît souvent en compagnie d'un « dieu créateur » dont il dérange les plans, mais dont la caractéristique principale, la ruse, finit par se retourner contre lui. 
Le terme trickster peut se traduire par celui qui joue des tours avec une nuance de malice très présente. S'il possède des pouvoirs divins, le trickster n'est pas pour autant un dieu. 
              Paul Radin écrit que le trickster (le terme a été traduit en français par « Fripon divin ») incarnerait : « les vagues souvenirs archaïques des âges primordiaux, où la différence entre ce qui est divin et ce qui ne l'est pas n'était pas encore nette. Le Fripon symbolise cette époque ». Personnage ambivalent, il est donc le résidu d'un temps où les catégorie de bien et de mal n'existaient pas. « [...] le Fripon est à la fois créateur et destructeur [...]. Il ne connaît pas les valeurs sociales et morales, il est livré à ses convoitises et à ses passions et pourtant, toutes les valeurs sont souvent engendrées par ses actions »
                En tout état de cause il est un être « surnaturel », souvent comique, parfois amoral, voire fourbe (mais ces catégories ne le concernent pas comme nous l'avons vu) et qui prend souvent la forme d'un animal agile : le coyote dans les Plaines de l'Amérique du Nord, l'araignée en Afrique, le lièvre, le corbeau, ou encore le jaguar. Il apporte les bienfaits, des techniques et la duplicité de la culture ; ni dieu, ni homme, ni animal il est cependant perçu comme un « héraut civilisateur » ; qui remet continuellement en question l'équilibre des forces cosmique. 
Fin de l'aparté.

            Je ne m'étendrai pas sur l'intrigue en elle-même, ce que je dis de Coyote en aparté, en dévoile déjà assez, sinon que ce que risque découvrir un aficionado du genre est que La Piste des Éclairs est, justement, un bon représentant de ce que le genre dit de l'Urban Fantasy peut proposer. 
Rebecca Roanhorse avoue ainsi aimer Ilona Andrews, et avoir un faible pour les aventures d'Anita Blake de Laurell K. Hamilton.
             Or donc, contrairement à L'ours inculte ou à Thomas Day [Pour en savoir +], j'ai adoré ce premier tome. Qui en plus d'une héroïne comme je les aime, propose un solide page-turner, mais surtout une mythologie originale. A contrario de certains archétypes du genre.
Si Rebecca Roanhorse n'invente pas la poudre, elle sait manifestement la faire parler.

(À suivre ....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er