Accéder au contenu principal

Adler [Lavie Tidhar / Paul McCaffrey / Simon Bowland]

Tout commence en 1912 avec Carolyn Wells, une femme déjà.
La première elle a l'idée de réunir dans une même histoire des personnages inventés par des romanciers différents : Sherlock Holmes, le docteur Watson, Arsène Lupin, Craig Kennedy, monsieur Lecoq, Rouletabille, Raffles, Dupin, et quelques autres pour deux aventures publiées dans Century Magazine
On dit que le scénariste Gardner Fox, une trentaine d'années plus tard saura s'en souvenir au moment de créer la Justice Society of America, où il ne sera plus alors question de détectives mais de super-héros.
Philip José Farmer reprend l'idée à son compte au début des années 1970, en imaginant une origine commune à quelques héros populaires, sise à Wold Newton dans le Yorkshire, suite aux radiations d'une météorite tombée là en 1795. Quinze ans après Farmer un dessin animé réunira des personnages de comics strips dans une équipe nommée les Défenseurs de la Terre.
Mais c'est vraisemblablement Alan Moore et Kevin O'Neil qui en redynamisant le concept, via la célèbre Ligue des Gentlemen Extraordinaires (en 1999), lui donnent l'aura qu'on lui connaît aujourd'hui. 
Depuis l'idée de réunir des personnages qui n'en avaient pas la vocation a fait florès, et « Adler » en est le dernier avatar venu à ma connaissance.   
            S'il n'est pas nécessaire de connaître sur le bout des doigts tous les personnages que le scénariste Lavie Tidhar et le dessinateur Paul McCaffrey convoquent, il est évident qu'une partie du plaisir que risque de procurer la lecture du recueil récemment commercialisé réside pourtant dans cette familiarité.
Cela dit, Lavie Tidhar soigne aussi son intrigue, que je qualifierais de « Radium punk® » genre apparenté au Steampunk®, où le radium remplace la vapeur, dans un passé qui aurait vu le futur arriver plus tôt. 
Les planches de Paul McCaffrey, au style assez unique, apporte un cachet supplémentaire à ce qui se révélera finalement un prologue putatif.
            En effet, cette compilation des cinq numéros de la série parus entre février et octobre 2020 chez Titan Comics©, reste un peu trop à la surface des chose. 
Si Lavie Tidhar, plutôt connu comme romancier de SfFF, utilise pas mal de personnages, il n'en développe quasiment aucun. L'intrigue manque elle aussi un peu de complexité.
            Si la lecture d'« Adler » est une lecture agréable, elle est surtout frustrante. Aucun personnage, même le personnage éponyme, n'est assez creusé. Et au final Lavie Tidhar donne surtout l'impression d'avoir soigné les détails, au détriment du reste. 
Chaque planche procure ainsi un petit frisson de plaisir ; la remarque de Sa Majesté sur l'explication à donner sur ce qui s'est passé (qui n’efface pas totalement celui de son arrivée dans l'histoire), le rôle du docteur Jekyll, etc..
Mais l'impression d'être passé à côté de quelque chose qui aurait pu être beaucoup mieux gâche un peu l'ensemble.
Si Lavie Tidhar & Paul McCaffrey ne risquent pas d’améliorer ce qui a été fait, revoir ces personnages pour une deuxième manche plus complexe ne me déplairait pas.      

Commentaires

  1. Réponses
    1. Ce n'est pas vraiment développé, peut-être une synthèse de toutes les orphelines jamais nommées Annie. [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er