Accéder au contenu principal

Shadow in the Cloud [Chloë Grace Moretz / Roseanne Liang / Max Landis]

Ma première confrontation avec cet aspect du folklore aéronautique a eu lieu vers 2006, au moment de la sortie de l'édition Dark Horse™ d'une travail conjoint de Roald Dahl et des studios Walt Disney™.
Les « gremlins » du titre y étaient décrits comme des lutins facétieux ayant une prédilection pour la mécanique. Dans « Shadow in The Cloud » l'espièglerie est laissée de côté au profit d'une inquiétante-étrangeté© que le thème musical (aux réminiscences carpenterienne) et la mise en scène se chargent d'imposer. Du reste si les gremlins, que la R.A.F. s'est chargée de populariser, vous sont totalement étrangers ; un court documentaire en forme de dessin animé informatif de l'époque se chargera de votre édification avant que le film proprement dit ne commence.
À propos d'époque, nous somme dès à présent en 1943, quelque part sur une base aérienne d'Auckland en Nouvelle-Zélande. 
            Tout dans ce slasher movie, et ce dès le début, pousse à y intégrer une lecture entre les lignes. La réalisatrice insiste (plus ou moins lourdement) sur des points, qui reliés ensembles en donne une lecture symbolique.
Fort heureusement, le dispositif utilisé dans le premier acte lui donne une certaine originalité, lequel, combiné à l'énergie de sa final girl permet aussi de passer un bon moment en en faisant une lecture au premier degré.  
Bref, il s'agit d'un menu à la carte.
            Le pitch est assez simple : une jeune femme, officier de bord, s'invite comme passagère d'un appareil (dont le nose art est tout sauf anodin), dans lequel elle n'était pas prévue.
Détentrice d'un ordre de mission et d'un bagage « au contenu confidentiel », elle se heurte à la mauvaise humeur des uns et aux blagues sexistes des autres.
Reléguée dans la ball turret (ou tourelle boule) elle assiste à un étrange phénomène.
            Récit initiatique, le vol emprunte aux stéréotype du genre : la tourelle boule est un cocon d'où émergera l'héroïne pleine d'énergie revancharde (difficile de lui donner tort), et d'obstination ; le contenu de la sacoche - promesse d'avenir incertain - fait sens avec le nom de l'avion, et le sort qui lui sera réservé. 
Et last but not least, le gremlin de « Shadow in the Cloud »ne se contente pas d'être un énième croque-mitaine générique mais bien (à mon avis) la transposition d'un des acteurs- clés du film : son scénariste original alias Max Landis. 
L'usage phallique que cette créature fait de sa queue préhensible, et le sort que lui réserve l’héroïne ne souffre en effet guère de contestation. Une lecture sigmundfreudienne, qui mise en regard avec les accusations dont a fait l'objet le scénariste/réalisateur en question, ressemble à la réponse de la bergère (Roseanne Liang) au (bâton du) berger (sic)
            Au final, ce slasher movie aux revendications intersectionnelles épousent donc la doxa de l'époque, comme certains de ses prédécesseurs se complaisaient dans un puritanisme patriarcal. 
Ce qui ne nous empêchera pas d'y trouver notre content de divertissement, tout comme c'était déjà le cas avant que le zeitgeist hollywoodien ne vire sa cuti, sans que pour autant on adhère à l'une ou l'autre des idéologies imposées.
« Shadow in the Night » est un slasher movie certifié Hollywood Night®, qu'on peut donc apprécier comme tel.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er