Accéder au contenu principal

Santa Muerte [Gabino Iglesias / Pierre Szczeciner]

Gabino Iglesias est un nouveau venu dans la littérature de genre à qui on ne la raconte pas. Surnommé par Jerry Stahl le «Palahniuk du barrio », l'adepte de la fonte venu de Puerto Rico revendique dans ses romans une violence omniprésente, une intrigue fortement colorée de multiculturalisme et la tchache qui va avec. Et dernière condition non négociable ; le récit doit intégrer une dimension mystique, quitte à méchamment flirter avec le fantastique.
Et pour ne pas faire les choses à moitié, Gabino Iglesias s'inscrit dans sa propre veine créative qu'il appelle - forcément - le « barrio noir» !
« Santa Muerte », son premier roman traduit (chez Sonatine™) permettra à quiconque le souhaite de se faire son propre jugement sur ledit genre. 
            Fernando est un immigré illégal mexicain qui survit à Austin au Texas, en vendant de la drogue. Dès le début du court roman d'Iglesias il est kidnappé. Relâché il va devoir délivrer un message à son employeur.
À partir de là rien n'arrivera de surprenant, hormis, justement ce qui fait de mon point de vue l'originalité du récit en question. Un aspect par ailleurs clairement revendiqué par l'auteur (et le créateur du « barrio noir »), la dimension mystique. 
« Ogún oko dara obaniché aguanile ichegún iré »
            Si on devait enlever cet ingrédient on aurait un bon roman, plutôt violent, enlevé, et divertissant. Ce qui est déjà pas mal du tout.
Mais Gabino Iglesias en introduisant une bonne dose de religion et de superstition, livre une histoire tout à fait singulière. 
Singularité renforcée par un sacré sens de l'humour.
Qui ne sera pas de trop vu la violence que les uns et les autres s'infligeront.
            Un premier roman qui passe haut la main l'épreuve du feu, et les premiers pas d'un sous-genre romanesque très prometteur.
Nul doute que son deuxième roman (Les Lamentations du coyote) confirmera l'excellente impression laissée par « Santa Muerte ».
Je ne crois pas avoir besoin de signaler le très beau travail de Rémi Pépin pour la couverture du roman. Sinon pour dire qu'il n'y a pas tromperie sur la marchandise.

Commentaires

  1. Bonjour. Me ferait penser à un auteur mexicain de polars mais faudrait que je le lise.
    C’est quelle langue que tu cites en italique?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sûrement du yoruba.
      Si tu te rappelles l'auteur auquel t'a fait penser celui-ci, je suis preneur.

      Supprimer
  2. J’aurais pensé de prime abord à un roman de Paco Ignacio Il, mais chez lui ça se déroule au Mexique,alors que là c’est plutôt dans un barrio latino du Texas.
    Mais je vais le lire car ça touche au thème du migrant entre autres et ça a l’air bien déjanté. Merci pour l’info.


    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le téléphone de M. Harrigan [Stephen King / Jean Esch]

Première nouvelle sur les quatre que contient le dernier recueil de S tephen K ing commercialisé en France, « Le téléphone de M. Harrigan » est un joli tour de force.             Superficiellement inoffensive, K ing y joue avec un cliché des histoires d'épouvante auquel n'importe quel aficionados du genre a déjà pensé, « Le téléphone de M. Harrigan » vaut surtout pour le portrait très naturaliste d'un enfant et des ses relations proches. Cela dit, les quelques coups de fils que Craig passera à monsieur Harrigan , et le malaise qui s'ensuivra, ne sont en aucun cas des pièces rapportées qui jurent avec le reste. La nouvelle est au contraire un ensemble très homogène, où l'incursion du surnaturelle appuie là où il faut.             Paradoxalement, alors que l'histoire se déroule au XXI ème siècle, l'impression de se retrouver au cœur des années 1950 ne m'a pas quitté durant toute ma lecture. Du moins des fifties idéalisées ; celles d'une société éta

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

VURT [Jeff Noon / Marc Voline]

La réputation est, comme chacun sait, la somme des malentendus qu’on accumule.              Récipiendaire, en 1994, d’un prix Arthur C. Clarke © , pour son premier roman (dont il est ici question) publié l’année précédente chez Ringpull Press™, une maison d’édition mise sur pieds par les employés de la librairie où travaillait J eff N oon. Ce qui en fait de facto un roman Sf. Associé à la génération « Trash » made in I rvine W elsh & J ohn K ing. Comparé à W illiam G ibson le « pape » du cyberpunk™, J eff N oon est peut-être, surtout, un auteur « culte », à l’aune de ce que je sais de sa réception en France .  Du moins dans l’acception qui définit (ici) un romancier passé sous le radar des lecteurs, dont un petit comité entretient néanmoins la permanence dans l’une des plus obscures marges du quadrant de la culture.  Cela dit, pour qu’un auteur « culte » le soit, il faut bien évidemment qu’il ne le soit plus. Qu’il accède à une certaine notoriété, pour que ceux qui ne l’avaient p