Accéder au contenu principal

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de Clifford Jackman est une réussite totale. 
Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York
            Rédigé à partir d’une nouvelle (Oklahoma 1891) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ». 
Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901, disponible séparément*, pour former un tout cohérent. 
            Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », Clifford Jackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service des riches propriétaires terrien, que l’agence Pinkerton©, ou encore les organisations criminelles chinoises de San Francisco
Le point commun de toutes ces péripéties est l’extrême violence dont fera preuve la famille Winter et ceux qui tenteront de s’y opposer. Et par forcément pour des buts plus louables. 
            Alors même que le fond de cette sanglante épopée est assez bien connu, le natif de Deep River, en Ontario, y apporte un « je-ne-sais-quoi » qui fait toute la différence entre une rediffusion et un programme original. 
Porté par un nombre assez impressionnant de personnages différents, et une cohérence que son accouchement aurait pu facilement battre en brèche, « La Famille Winter » est la meilleure carte de visite que pouvait exhiber ce jeune auteur. 
Nul doute que Tout l’or des braves, un roman de pirates, publié cette année chez Paulsen™, sera rapidement sur ma pile à lire.
Commercialisé par Alto™ grâce à la traduction de Dominique Fortier, ce roman est aussi disponible en 10-18™ dans la collection Grands Détectives ; quand bien même les détectives que l'on y croise restent assez archaïques.  
______
 * Si vous êtes dans la bonne zone géographique cette nouvelle est disponible gratuitement [Pour en savoir +], ou alors en anglais ou en allemand sur n’importe quelle librairie en ligne.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er