Accéder au contenu principal

Fantasy chez les ploucs

Dans un coin retiré de la Louisiane d'aujourd'hui vit « Le dernier dragon sur Terre ».
Wyvern, dit « Vern » est un dragon qui aime les chaînes câblées, les chips, et la vodka Absolut™, ah ! et aussi Flashdance.
Obnubilé par sa survie en plus de ses vices, Vern fait, depuis de très nombreuses années, profil bas. Ce qui nécessite l'entremise d'un tiers humain pour l'approvisionner. 
Manque de chance, un concours de circonstances lui octroie le premier prix après qu'il eût sauver, malgré lui la vie d'une jeune adolescent « Squib », et que son partenaire en affaire lui annonce qu'il doit rapidement entrer en hibernation (?!).
Qui dit sauvetage, dit souvent qu'on contrarie quelqu'un en en sauvant un autre. Pour le coup c'est le constable Regence Hooke, qui n'avait vraiment pas besoin de ça.
En effet, ce fonctionnaire (à mi-temps) aux fonctions (sic) obscures est très occupé à conquérir et la mère de Squib, et le territoire d'un mafieux local pour lequel il joue les gros bras.
            Eoin Colfer, dont j'ai appris qu'il bénéficiait d'une très bonne réputation dans le secteur littéraire dit « Young adult » livre ici un roman de Fantasy joliment cousu de fil blanc. 
Plein de référence à ce qu'on a l'habitude d'appeler la « pop culture », autrement dit la culture de masse, « Le dernier dragon sur Terre » n'apporte rien de nouveau à ladite culture.
Sauf peut-être son dragon !?
Reste que si rien de nouveau n'émerge du bayou de Petit Bateau (LA), le savoir-faire du natif de Wexford compense largement l'impression de déjà-vu qui ne manquera de se surimposer à la lecture des 400 pages traduites par Jean-François Ménard.
À ce sujet, le traducteur a préféré garder le titre de « constable » alors qu'en français on aurait plutôt parler de connétable. Et dans la masse de références il est passé a côté du film Opération Dragon (avec Bruce Lee), ou en anglais Enter the Dragon, qu'il restitue par « Le dragon entre ». Ce qui pour le coup m'a faire rire en même temps que ça faisait ricaner Regence Hooke, mais peut-être pas pour les mêmes raisons.
            Parlons peu, mais parlons bien, « Le dernier dragon sur Terre » est un bien chouette roman, qui par ailleurs ne devrait pas trop effrayer les habituels lecteurs « Young adult » d'Eoin Colfer. 
Et si d'aventure l'auteur irlandais avait dans l'idée d'écrire de nouvelles histoires à Vern, il pourra compter sur moi pour les lire.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er