Accéder au contenu principal

Voyage dans le temps avec H.-P. Lovecraft (suite..)

... Où il est question d'une décision importante qui orientera la vie de Robert Bloch.


... J'étais un fanatique de Weird Tales. Ma drogue à moi, ce n'était pas le L.S.D. ... c'était H.P.L.... Évidemment, le numéro que j'achetais ne contenait pas toujours une nouvelle de Lovecraft. En vérité, très peu d'histoires écrites de sa plume parurent durant cette période. Mais chaque mois, dans le courrier des lecteurs du magazine, je relevais des références à des histoires publiées avant ma découverte de H.P.L. Malheureusement, les numéros correspondants étaient épuisés.

... Le fait de lire des jugements élogieux sur ces récits introuvables me mettait au supplice. Finalement, n'y tenant plus, torturé par un désir effréné qui ne me laissait pas de répit, je m'installais pour écrire ma première lettre de fan à M. Lovecraft, aux bons soins du magazine. Dans ma lettre, je demandais à l'auteur si, par hasard, il ne pouvait m'indiquer un moyen de me procurer les numéros contenant les nouvelles qui me manquaient.... L'année 1933 ne fut pas précisément mirobolante pour la plupart des habitants de ce monde tourmenté par la Dépression, mais la chance me favorisa.... Lovecraft répondit à ma lettre. Il m'informait qu'il était sur le point de déménager de son appartement du 10 Barnes Street, et qu'il avait récemment fait l'inventaire de sa bibliothèque. Il m'envoyait une liste complète de ses œuvres publiées, en déclarant qu'il serait très heureux de me prêter celles qui m'intéressaient. Il joignait également une liste des livres fantastiques qu'il possédait ; si je le désirais, je pourrais par la même occasion lui emprunter ces ouvrages.  ... Sa réponse était datée du 22 avril 1933. A compter de ce jour, une nouvelle vie commença pour moi.
... Je ne m'étendrai pas ici sur sa gentillesse ; qu'il me suffise de dire que sa lettre éblouit le jeune garçon, simple et naïf, qui déjà idolâtrait ce grand auteur - lequel, dans mon esprit, menait une existence brillante et passionnante à l'autre bout du pays, dans l'Est.... A partir de ce moment-là, je correspondis avec H.P.L. jusqu'à sa mort, en 1937. Dans ses lettres, il me poussa à prendre contact avec d'autres écrivains et des membres de ce qui, par la suite, devait être connu sous le nom de "Cercle Lovecraft" : Clark Ashton Smith, Henry S. Whitehead, Long, Wandrei, August Derleth, J. Vernon Shea, Robert Barlow, Bernard Austin Dwyer, Willis Conover et bien d'autres. Mais c'était Lovecraft qui m'importait et ce fut Lovecraft qui - au bout de sa quatrième ou cinquième lettre - me suggéra d'écrire des histoires fantastiques de mon cru. Si je m'y décidais - ajouta-t-il - il se ferait un plaisir de lire mes essais et de me dispenser critiques et conseils.... Je ne me fis pas prier d'avantage. J'écrivis, il lut ... et ne formula aucune critique. Au lieu de cela, il me prodigua ce dont j'avais le plus besoin à ce moment-là : des compliments et des encouragements. Il me fit des suggestions constructives, infiniment profitables, en s'arrangeant toujours pour les présenter de manière à me remonter le moral.... Mes parents approuvèrent, mais certains autres à qui je montrai mes premières œuvres n'eurent pas des réactions aussi flatteuses. Mon professeur d'anglais, s'il admirait mes dissertations, n'apprécia que modérément mes histoires fantastiques, et il manifesta ouvertement sa réprobation lorsque j'exprimai devant la classe mon estime pour un écrivaillon de pulp-magazine. August Derleth, qui devint l'un de mes correspondants réguliers, lut quelques-unes de mes premières nouvelles et, un jour, alla jusqu'à me dire que je ne présentait aucune disposition pour le métier d'écrivain. Enfin mes premiers récits achevés - Lilies, La Grimace de la Goule et Le Lotus Noir - furent refusés sans appel par Farnsworth Wright, le rédacteur en chef de Weird Tales.... Mais l'intérêt et l'inspiration de Lovecraft m'encouragèrent à poursuivre. Et quand je quittai le lycée, en juin 1934, ce furent cet intérêt et cette inspiration qui décidèrent de mon avenir.... Pourtant, à cette sombre époque, il ne semblait pas y avoir beaucoup d'avenir pour un garçon de dix-sept ans. il n'y avait pas d'emploi pour les jeunes sans expérience ; et il était impossible, sans emploi, d'acquérir de l'expérience. on pouvait s'engager dans le Civilian Conservation Corps, qui réalisait un projet fédéral consistant à construire des routes et des barrages dans les forêts du nord. cela s'apparentait au travail à la chaîne, et ça rapportait exactement trente dollars par mois - salaire dont il fallait envoyer la moitié à se parents. ce fut le seul poste disponible que je pus trouver ; pour une raison ou pour une autre, ça ne me tenta pas.... Ayant le choix entre travailler ou mourir de faim, je résolus de combiner les deux en devenant écrivain. 


(À suivre ....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.