Accéder au contenu principal

Voyage dans le temps avec H.-P. Lovecraft (suite..)

... Où il est question d'une décision importante qui orientera la vie de Robert Bloch.


... J'étais un fanatique de Weird Tales. Ma drogue à moi, ce n'était pas le L.S.D. ... c'était H.P.L.... Évidemment, le numéro que j'achetais ne contenait pas toujours une nouvelle de Lovecraft. En vérité, très peu d'histoires écrites de sa plume parurent durant cette période. Mais chaque mois, dans le courrier des lecteurs du magazine, je relevais des références à des histoires publiées avant ma découverte de H.P.L. Malheureusement, les numéros correspondants étaient épuisés.

... Le fait de lire des jugements élogieux sur ces récits introuvables me mettait au supplice. Finalement, n'y tenant plus, torturé par un désir effréné qui ne me laissait pas de répit, je m'installais pour écrire ma première lettre de fan à M. Lovecraft, aux bons soins du magazine. Dans ma lettre, je demandais à l'auteur si, par hasard, il ne pouvait m'indiquer un moyen de me procurer les numéros contenant les nouvelles qui me manquaient.... L'année 1933 ne fut pas précisément mirobolante pour la plupart des habitants de ce monde tourmenté par la Dépression, mais la chance me favorisa.... Lovecraft répondit à ma lettre. Il m'informait qu'il était sur le point de déménager de son appartement du 10 Barnes Street, et qu'il avait récemment fait l'inventaire de sa bibliothèque. Il m'envoyait une liste complète de ses œuvres publiées, en déclarant qu'il serait très heureux de me prêter celles qui m'intéressaient. Il joignait également une liste des livres fantastiques qu'il possédait ; si je le désirais, je pourrais par la même occasion lui emprunter ces ouvrages.  ... Sa réponse était datée du 22 avril 1933. A compter de ce jour, une nouvelle vie commença pour moi.
... Je ne m'étendrai pas ici sur sa gentillesse ; qu'il me suffise de dire que sa lettre éblouit le jeune garçon, simple et naïf, qui déjà idolâtrait ce grand auteur - lequel, dans mon esprit, menait une existence brillante et passionnante à l'autre bout du pays, dans l'Est.... A partir de ce moment-là, je correspondis avec H.P.L. jusqu'à sa mort, en 1937. Dans ses lettres, il me poussa à prendre contact avec d'autres écrivains et des membres de ce qui, par la suite, devait être connu sous le nom de "Cercle Lovecraft" : Clark Ashton Smith, Henry S. Whitehead, Long, Wandrei, August Derleth, J. Vernon Shea, Robert Barlow, Bernard Austin Dwyer, Willis Conover et bien d'autres. Mais c'était Lovecraft qui m'importait et ce fut Lovecraft qui - au bout de sa quatrième ou cinquième lettre - me suggéra d'écrire des histoires fantastiques de mon cru. Si je m'y décidais - ajouta-t-il - il se ferait un plaisir de lire mes essais et de me dispenser critiques et conseils.... Je ne me fis pas prier d'avantage. J'écrivis, il lut ... et ne formula aucune critique. Au lieu de cela, il me prodigua ce dont j'avais le plus besoin à ce moment-là : des compliments et des encouragements. Il me fit des suggestions constructives, infiniment profitables, en s'arrangeant toujours pour les présenter de manière à me remonter le moral.... Mes parents approuvèrent, mais certains autres à qui je montrai mes premières œuvres n'eurent pas des réactions aussi flatteuses. Mon professeur d'anglais, s'il admirait mes dissertations, n'apprécia que modérément mes histoires fantastiques, et il manifesta ouvertement sa réprobation lorsque j'exprimai devant la classe mon estime pour un écrivaillon de pulp-magazine. August Derleth, qui devint l'un de mes correspondants réguliers, lut quelques-unes de mes premières nouvelles et, un jour, alla jusqu'à me dire que je ne présentait aucune disposition pour le métier d'écrivain. Enfin mes premiers récits achevés - Lilies, La Grimace de la Goule et Le Lotus Noir - furent refusés sans appel par Farnsworth Wright, le rédacteur en chef de Weird Tales.... Mais l'intérêt et l'inspiration de Lovecraft m'encouragèrent à poursuivre. Et quand je quittai le lycée, en juin 1934, ce furent cet intérêt et cette inspiration qui décidèrent de mon avenir.... Pourtant, à cette sombre époque, il ne semblait pas y avoir beaucoup d'avenir pour un garçon de dix-sept ans. il n'y avait pas d'emploi pour les jeunes sans expérience ; et il était impossible, sans emploi, d'acquérir de l'expérience. on pouvait s'engager dans le Civilian Conservation Corps, qui réalisait un projet fédéral consistant à construire des routes et des barrages dans les forêts du nord. cela s'apparentait au travail à la chaîne, et ça rapportait exactement trente dollars par mois - salaire dont il fallait envoyer la moitié à se parents. ce fut le seul poste disponible que je pus trouver ; pour une raison ou pour une autre, ça ne me tenta pas.... Ayant le choix entre travailler ou mourir de faim, je résolus de combiner les deux en devenant écrivain. 


(À suivre ....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…