Accéder au contenu principal

Hercules : Chaos War

... Dans un précédent billet, j'anticipais mon plaisir à l'idée de lire The New Prince of Power recueil d'aventures où le sidekick d'Hercule occupait le devant de la scène. 


Et je n'ai pas été déçu, le jeune Amadeus  Cho a transformé mes espoirs en réalité mais, il n'est plus temps de se goberger car dés à présent nous sommes en guerre :  .. 


... Je l'ai déjà écrit, mais je ne m'en lasse pas ; ce que j'avais pris pour un coup de marketing : remplacer Hulk par Hercule dans le magazine du Titan Vert, en en changeant le titre s'est révélé être l'une des meilleurs séries qu'il m'a été donné de lire ces derniers temps, et après une quarantaine de numéros il est indéniable que Greg Pak & Fred Van Lente ont su redonner  au demi-dieu grec tout son panache.

Dans cette nouvelle aventure, à la fin inéluctable compte tenu des pressions du monde réel, c'est la forme qui compte. Et là, les deux compères ne mégotent pas, non seulement ils convoquent un adversaire hors du commun, c'est peu de le dire, mais ils entourent Hercule d'une pléiade de héros tout aussi hors normes.
Je précise que je n'ai lu de ce crossover que les cinq numéros de Chaos War et le numéro qui s'intéresse à la God Squad écrit par par Marc Sumerak, étant particulièrement amateur des groupes aux associations improbables : ici le Surfer d'Argent, Hellstorm, Sersi, Vénus et un invité que je vous laisse découvrir. Une excellente histoire.


Or donc, si j'ai dit que la fin de ce conflit était inévitable (quoique une autre solution aurait été envisageable), les conséquences réservent toutefois et heureusement des surprises  ; en outre, c'est un plaisir de voir différents éléments évoqués tout au long des aventures de notre Olympien préféré se nouer et apporter paradoxalement leur part au dénouement.Un dénouement qui n'est qu'une étape dans la vie de notre héros ...

Révélation:


C'est bien dommage que cette série ne bénéficie pas d'une traduction en V.F, elle mérite amplement d'être lue par un plus large public tant elle synthétise ce qui se fait de mieux en matière de super-héros : des personnages , au caractère bien trempé, et bien écrits, des aventures bigger than life, du rythme, des surprises, des idées, du dépaysement en regard de ce qui se fait ces temps-ci chez Marvel, une continuité tout au long des aventures, bref de l'excellent boulot !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …