Accéder au contenu principal

Normal [Warren Ellis/Laurent Queyssi]

•••• L'acteur et scénariste Patrick McGoohan semble avoir aujourd'hui définitivement abandonné l'idée de poursuivre sa série culte. Dommage !
Fort heureusement, Warren Ellis vient, avec la novella dont il va être question ici, de me reconnecter avec ce sentiment -inégalé- de malaise et de paranoïa propre au Village et à la Guerre froide.
Si Normal, un peu moins de 200 pages au compteur, m'a évoqué cette vieille série télévisée, le propos d'Ellis est pourtant l'exact contraire d'une réminiscence passée.
       En effet, obnubilé*  par le futur, le quinquagénaire natif de l'Essex en fait un objet de hantise. Sentiment, cela dit, assez unanimement partagé.
De fait, qui n'a jamais eu peur de l'avenir !?

Si le fantastique a, en très grande partie, bâti son succès sur les châteaux et autres lieux hantés par un passé qui -justement- ne passait pas, Warren Ellis construit (d'une manière que je vous laisse découvrir) a contrario son roman sur un futur anxiogène. Lequel, tel un spectre, vient hanter une tripotée d'individus (travailleurs associatifs, designers, prospectivistes, espions), dont Adam Dearden internés avec eux à « Normal Head », en Oregon

       Cet astucieux pied de nez à l'une des pierres angulaires du fantastique, la maison hantée donc, est aussi l'occasion pour Warren Ellis d'imaginer toute une théorie de personnages qu'il vaut mieux ne rencontrer que par l'intermédiaire de sa novella.
Laquelle, soit-dit en passant a, à l'origine, été diffusée en quatre livraisons sur la Toile mondiale. Ceux qui liront ladite novella comprendront où je veux en venir.

•••• Autant par inclination qu'à cause d'un agenda surbooké, Warren Ellis choisit la forme brève, mais pas trop, et y trouve un terrain d'expression idéal. 
Unité de lieu, unité de temps, unité d'action ; sous couvert de classicisme Ellis introduit pourtant dans l'imaginaire collectifs une idée qui fera date. Car le futur dont il est question ici, n'utilise aucun des artifices dont il est coutumier, pour inspirer un sentiment d'épouvante sur ceux qui y sont exposés. 

Tendu, Normal se lit avec la promptitude de celui qui veut savoir de quoi demain sera fait, même s'il doit s'en mordre les doigts. Corrosif et revigorant ! 

Cette critique fait partie du CHALLENGE SUMMER SHORT STORIES OF SFFF - Saison 4 !
______________________
* Voir aussi, au sujet du futur en tant que moteur diégétique et personnage à part entière, sa série de bande dessinée Injection. Surtout le premier tome [Pour en savoir +], dont Normal est -à mon avis- l'indispensable adjuvant. Et vice versa.  

Commentaires

  1. Sous l'impulsion de ta sémillante glose, je me suis précipité sur Normal dont je viens d'achever la première partie. Conquis à ce stade autant par la rapidité à laquelle l'histoire défile que par le sens de la formule acéré de Warren Ellis, avec cette capacité qu'il a de synthétiser des idées complexes par des mots d'une précision rare - réduire l'ensemble des stimulus extérieurs pesants que constituent les réseaux sociaux et l'internet au "signal" que l'on reçoit est d'une clarté foudroyante -, le séjour qui s'annonce entre les murs de Normal Head promet bien des émotions. Bien joué!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un