Accéder au contenu principal

Date Limite [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Duane Swierczynski est de ces écrivains qui vous donnent envie de visiter les lieux dont ils parlent. Alors même que la description qu'ils en font est loin, très loin, de pouvoir leur obtenir une mention dans un guide de tourisme.
••• En partie autobiographique, Date Limite se déroule donc essentiellement dans le quartier de Frankford  à proximité de l'Elevated Line (EL), la première ligne de métro ouverte à Philadelphie. 

Sorte de whodunit sous stéroïdes, ce court roman traduit par Sophie Aslanides, greffe sur son astucieuse intrigue un artefact de pure science-fiction : le voyage dans le temps.
L'édition américaine de Date Limite chez Minotaur Books a bénéficié d'illustrations de Laurence Campbell
Inspiré par la période particulièrement trouble de la recherche scientifique, laquelle, influencée par la Guerre froide© a accouché d'une ribambelle de recherches plus saugrenues les unes que les autres, Duane Swierczynski imagine un procédé plutôt simple de jouer les Marty McFly.  
Si l'essentiel n'est pas dans le procédè lui-même, l'auteur de Date Limite, lui donne toute la crédibilité nécessaire, et en tire toute la substantifique moelle diégétique qu'elle est capable de produire.  

En effet, Date Limite est d'abord comme je le disais une enquête policière de type kilafé très originale, soutenue par une poignée de personnages auxquels Duane Swierczynski donne une réelle présence.
Loin de n'être que les simples figurants d'une histoire, à la mécanique de précision redoutable, Mickey, Meghan, Grand-Papa Henry, le docteur Mitchell DeMeo, et quelques autres, apportent une touche d'humanité à laquelle on croit sans se faire prier.

       Bien qu'artificielle, l'histoire en question est une pure invention, et incroyable, il y a peu de chance que les scientifiques qui œuvraient pendant la guerre froide aient mis au point ce type de pilule, Date Limite explore tout le registre de la sensibilité que n'importe quel lecteur  a potentiellement en lui.
Tout en se jouant, en un judo littéraire virtuose, des paradoxes qu'induit inévitablement le voyage temporel.
La couverture de l'édition originale signée Charlie Griark

••• Date Limite est en définitive un sacrément bon roman, dont la lecture ouvre sans forcer notre troisième œil™, celui qui suspend notre incrédulité, et nous projette dans un monde imaginaire, d'une réalisme à toute épreuve.

Pour les amateurs d'anecdotes, ce roman a paru aux U.S.A. en 2010, alors que Duane Swierczynski venait d'écrire plusieurs bandes dessinées pour l'éditeur Marvel [Pour en savoir +], qui avait alors pour editor in chief un certain Axel Alonso. Lequel fait une brève apparition dans Date Limite  

À lire impérativement !      

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un