Accéder au contenu principal

Searching [Aneesh Chaganty / Sev Ohanian]

Bluffant, tout simplement.
••• Malgré une approche formelle de la réalisation, qui ne manquera pas d'attirer les commentaires, le cinéaste Aneesh Chaganty n'y sacrifie pas l'intrigue de son film, co-écrite avec Sev Ohanian.
On mesurera d'ailleurs toute l'astuce de l'ultime rebondissement de ce thriller, annoncé, d'une certaine manière, en toutes lettres dans la première partie du métrage.


Searching, dont je salue l'adaptation (ici française, mais j'ai entendu dire que le même soin avait été -logiquement- apporté partout où il a été traduit), est le parfait produit d'une époque gouvernée en grande partie par les réseaux sociaux, et l'univers informatique.

Un film 2.0, au même titre que La Toile [Pour en savoir +] de Sandra Lucbert, est un roman 2.0.

Que son réalisateur et co-auteur, ait travaillé pour la célèbre entreprise de Mont View, n'est sûrement pas étranger à la forme filmique adoptée (edit : pas tout à fait, voir la note en bas de page). Certains cinéastes pensent leur réalisation afin que les mouvements de la caméra soient un véritable langage, ici Aneesh Chaganty, fait la même chose avec le pointeur d'une souris, la fréquence des clics, les messages et leurs réécritures ; bluffant ! 
••• En définitive, Searching donne une magnifique capture d'écran d'un société qui se donne de plus en plus en spectacle. Laquelle capture d'écran est ici amplifiée car elle repose sur un fait divers, dont la réalité est rapidement oubliée, pour ne laisser que notre auto-satisfaction à donner notre avis. Voire à jouer une comédie où tous les coups sont permis. 

Un film que je recommande de voir sur l'écran d'un ordinateur, sidération cognitive garantie.

Je souligne, tout en regrettant de le faire, que le casting est aussi un joli tour de force !
__________
Hasard du calendrier, j'apprends, après avoir publié cette entrée, en lisant le Mad Movies #324, que le procédé utilisé dans Searching s'appelle le Screenlife™.
Dans le Mad Movies en question on peut d'ailleurs lire une entretien avec Timur Bekmambetov, producteur de Searching et inventeur dudit Screenlife™, mais aussi de Unfriend : Drak Web, basé sur le même procédé, et qui bénéficie d'une critique (positive) de Gilles Esposito.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …