Accéder au contenu principal

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les univers dystopiques.  
       Écrite en 2005 - 2006, la mini-série dont il est question ici, s'inspire ouvertement de la présence des forces militaires sous contrat privé en Irak. Le journaliste P.W. Singer cite ainsi les chiffres de 160 000 mercenaires déployés sur le terrain. Mais la mainmise du secteur privé sur un domaine jusqu'alors régalien, débordait alors largement l’engagement militaire proprement dit. Puisque ces entreprises fournissaient la quasi totalité des traducteurs (dont la moitiés des hommes chargés des interrogatoires dans la prison d'Abou Ghraib) , s'occupaient de stratégie et de formation, ou encore avaient construit le camp de Doha au Koweït
Publiée sous la bannière « Marvel Knights », la mini-série Deathlok est une satire (voir ci-dessus par exemple) de maux que l'on connaît fort bien, quand bien mêmes ne sont-ils pas (encore) aussi intenses. Mais dont le bruit de fond devient de plus en plis assourdissant. 

Charlie Huston met en scène quelques-uns des fétiches préférés de la société moderne : la guerre, le sport de compétition, le transhumanisme, le commerce ; dont la consanguinité accouche d'un monde particulièrement invivable. Comment pourrait-il en être autrement !?
       
       Il est assisté du dessinateur philippin Lan Medina, dont la mise en récit très claire, et le style quasi photographique, font merveille. Les couleurs, assurées par plusieurs artistes, dont principalement June Chung, imposent une atmosphère très oppressante ; tout à fait en phase avec l'univers décrit.

       Satire autant qu'exercice de style, Huston s'appuie très clairement sur le travail de Moench & Buckler, Deathlok, sous-titré  « Fait pour la guerre » et traduit par Sophie Watine-Vievard pour l'éditeur Panini, est une petite réussite en terme d'atmosphère anti-utopique.
Même la fin, un peu moins radicale que l'avait écrite Charlie Huston (mais modifiée à la demande d'Axel Alonso), en vue d'une possible continuation, fait son petit effet. 

Je saisis l'occasion d'attirer votre attention sur la collection Hachette sous-titrée « Marvel Comics, la collection de référence », qui a proposé les incontournables épisodes de Deathlok de Buckler & Moench, dans un format moins retravaillé que ce qu'avait pu faire l'éditeur Artima/Arédit [Pour en savoir +]. Il s'agit du XXIXème tome de la collection.  

Commentaires

  1. J'avais également beaucoup aimé cette version de Deathlok, personnage dont la version originale de Rich Buckler figure toujours en bonne place dans ma collection. J'attends patiemment une réédition de ses Moon Knight que j'avais raté. J'avais pris beaucoup de plaisir à la lecture de Wolverine: The best there is, avec les dessins exubérants de Juan José Ryp.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien merci, je me demandais justement quelle avait été la réception de son Wolverine. Tu viens de me donner un indice [-_ô] !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…