Accéder au contenu principal

Gamma Draconis [Benoist Simmat / Eldo Yoshimizu]

« Gamma Draconis2020 » est une bande dessinée qui brouille les pistes.
Publiée par les éditions Le Lézard Noir™, maison d'édition sise à Poitiers, dédiée aux manga, et plus précisément à « la culture underground, de l’art contemporain et des avant-gardes japonaises », ce récit est néanmoins le fruit d'une collaboration entre un scénariste français, Benoist Simmat, et un dessinateur japonais, Eldo Yoshimizu. 
Une BD fabriquée donc par, et pour, une maison d'édition française, à l’attention de lecteurs et de lectrices francophones. 
Mais qui adopte le sens de lecture japonais.
Une forme hybride qui se révélera, en quelque sorte, prémonitoire de son contenu.
            « Gamma Draconis » partage donc son intrigue entre la France et le Japon, entre l'occultisme et la science-fiction.
Si les planches d'Eldo Yoshimizu sont une invitation qu'on ne refuse pas à s'oublier dans une intrigue qui avait tout pour plaire, les dialogues de Benoist Simmat manquent cruellement de naturel.
            Ainsi se retrouve-t-on à lire des notes qui expliquent ce que sont les « RG » ou « Haneda ». Deux éclaircissements qui auraient pu apparaître dans l'interaction de leur discussion respective. Idem lorsque que les personnages utilisent des salutations en japonais. Pourquoi utiliser une langue étrangère pour ensuite la traduire ? Surtout dans une situation si univoque.
Et peut-on imaginer sérieusement qu'un personnage puisse faire référence à une « base secrète » sans se sentir ridicule ? 
Ensuite la part didactique est trop visible, souvent amené d'une manière maladroite.
Visiblement les uns et les autres ne discutent pas entre eux, mais informent ceux et celles qui les liront. Du moins en donnent-ils la très méchante impression.
Alors que certaines ellipses jettent le trouble inverse. 
Dernier point négatif, Benoist Simmat explique dans un entretien que le « but était d'écrire une histoire qui puisse se suffire à elle-même, tout en proposant une fin ouverte. ».
De mon point de vue, « Gamma Draconis » est plus simplement une histoire inachevée. 
La fin n'est pas ouverte, il s'agit d'un cliffhanger dans la plus pure tradition des serials qui l'ont inventé. « Gamma Draconis » est le premier épisode d'un feuilleton qui risque d'être très frustrant si une suite n'est pas donnée aux quelques 250 pages de cette très belle édition.
            En conclusion, que j'espère pour le moins très provisoire, « Gamma Draconis » ne risque que de s'améliorer du côté des dialogues, et du scénario (un poil téléphoné), si l’indispensable suite voit le jour.
Côté dessin, la fibre artistique d'Eldo Yoshimizu ne risque sûrement pas de s'endormir sur son déjà monstrueux talent. Reste que je suis très curieux de voir ses prochains manga, qui ne sont toutefois qu'une facette de son travail.
Verdict : un album mi-figue, mi-raisin.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er