Accéder au contenu principal

Black Program [Laurent-Frédéric Bollée / Philippe Aymond / Didier Ray]

« Black Program » est le premier tome des nouvelles aventures de Bruno Brazil.
            Le personnage, créé par Michel Greg (sous le pseudonyme de Louis Albert) et William Vance, apparaît dans les pages du périodique TINTIN, dans lequel il vivra un certain nombre d'aventures, à partir de janvier 1967.
Dix ans plus tard est commercialisé sa véritable dernière aventure complète : Quitte ou double pour alak 6.
Le Lombard© entretient ensuite, sporadiquement, la flamme des amateurs avec deux recueils* d'histoires courtes, en 1977 et en 1995. 
Dans ce dernier une histoire inachevée, de Greg & Vance, intitulée La chaîne rouge, est également au sommaire.
            Laurent-Frédéric Bollée au scénario, et Philippe Aymond au dessin, ont choisi quant à eux, de reprendre les missions du personnage, exactement après les événements de Quitte ou double pour alak 6.
Nous sommes désormais en mai 1977.
            Un choix très judicieux, tant cette ultime aventure de Greg & Vance, est à la fois en avance sur ce qui se faisait alors dans le monde franco-belge de la BD. En plus d'être particulièrement généreuse en matière de possibilités narratives, grâce à ce qui s'y déroule.
Toutefois, « Black Program » permet tout à fait de s'affranchir des onze albums précédents si on le souhaite. Tout en donnant l'envie de s'y plonger derechef.
Reste qu'un lecteur qui connaît bien les différents albums pour les avoir lus (et relus) en leur temps, et qui entretient avec les personnages une longue camaraderie, celui-ci aura sûrement  un rapport plus sentimental avec cette reprise.  
Mais rien n'est perdu pour les nouveaux venus, puisque trois intégrales sont désormais disponibles pour qui voudrait combler son retard dans de bonnes conditions.   
Si ces nouvelles aventures s'appuient donc sur une aventure antérieure, ce premier tome, de ce qui formera finalement un diptyque (dans un premier temps), donne tous les éléments nécessaires à un confort de lecture équivalent à celui du plus aguerri des fans du personnage, en termes de compréhension des tenants et des aboutissants.
            Bruno Brazil est, au départ, un espion solitaire, travaillant pour le W.S.I.O., un service de renseignement et de contre-espionnage étasunien. Cependant, dès son deuxième album, le bien nommé Commando Caïman, il s'entoure d'une équipe ; le commando en question.
Dans une certaine mesure la série bénéficiera d'un effet de serre iconique qu'on retrouve également dans des films quasi contemporains tels que Les Douze salopards, Enfants de salaud, voire la série télévisée Mission : Impossible, ou encore les romans consacrés à Mack Bolan alias L’Exécuteur, lequel s'entoure lui aussi, en 1969, d'une équipe de baroudeurs aux talents multiples et au caractère bien trempé.
La fin des années 1960 est donc propice aux équipes, et Bruno Brazil y sacrifiera lui aussi.
            Mais quand commence « Black Program », la mission malgache de Quitte ou double pour alak 6 a laissé de terribles séquelles, et un formidable terrain de jeu pour Laurent-Frédéric Bollée.
            Si l'intrigue est captivante, et le cliffhanger tout ce qu'il y a de plus surprenant, sans oublier l'exotisme d'une société où les téléphones portables, la vidéo-protection ou les ordinateurs personnels sont bien entendu absents.
 
« Black Program » se distingue surtout par une mise en récit particulièrement originale.
Après une ouverture percutante in medias res, le récit déroule des événements jusqu'à ce qu'il les harmonise, et donne à voir comment tout cela s'enchaîne in fine, à l'issu d'un flashback, qu'on sait commencer un mois plus tôt. Mais dont on ne mesurait pas (forcément) l’intérêt.
Tout cela se fait en douceur, mais l'effet est proprement saisissant.
Tout comme ce qui arrive à quelques-uns des personnages-clés.
            Laurent-Frédéric Bollée & Philippe Aymond, assisté à la colorisation par Didier Ray, ont fait un choix stratégique audacieux, et original, dans leur reprise d'un personnage ayant déjà un passé. Et surtout, une audience toute acquise aux scénarios et aux dessins de deux géants de la bande dessinée, dont la réputation n'a cessé de grandir. 
Le résultat est pourtant une réussite totale.
Si ce premier épisode se déroule à la fin des années 1970, le storytelling est tout ce qu'il y a d'actuel. L-F. Bollé creuse à la fois la psychologie des personnages, notamment celle de Bruno Brazil, mais il n'en oublie pas pour autant d'injecter la dose d'action, de suspense, et d'humour que cette série dispensait déjà du temps de Michel Greg et de William Vance.
Le tout servi par un souci formel qui fait très plaisir à lire.
Philippe Aymond effectue là un très très bon travail. Loin de vouloir singer son prestigieux prédécesseur, il s’approprie, grâce à un excellent scénario, avec les qualités dont il ne manque pas, un univers et un personnage qui ne pouvaient rêver mieux.
            « Black Program » est une relance qui devrait servir de maître-étalon aux futurs repreneurs de n'importe quelle série patrimoniale franco-belge. 
(À suivre ......)  
___________________
* Un hors-série, avec un très faible nombre d'exemplaires, a paru en 1993, et un double album, reprenant les deux premiers de la série, en 2006.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er