Accéder au contenu principal

WandaVision [Disney+]

Si la valeur refuge de nombre de fictions contemporaines est celle de la postmodernité, où la Culture© n’est plus qu’une vaste base de données. Et les scénaristes des décorateurs « méta » dont les scénarios relèvent avant tout du collage, de la fragmentation et de l’hybridation. En faire reproche à l’univers Marvel™ est cependant un procès en sorcellerie qu’il ne mérite pas. 
            En effet, puisqu’une partie de son attractivité vient – justement – qu’il est un univers partagé qu’on peut suivre de manière diachronique et synchronique. Et « WandaVision », tout étrange que puisse semblait être le début de la série télévisée par rapport aux films de la franchise, est donc la pièce d’un puzzle bien plus vaste que la myriade de citations cachées qui composent les deux premiers épisodes que j'aie vus.
Ma sorcière (rouge) bien-aimée
            Rappelons toutefois que l'abondance de la mitraille intertextuelle ne compensera jamais l'imprécision du tir.
Un écueil qu'évite avec un rafraîchissant premier degré les deux épisodes en question.
Lesquels nous plongent dans l'Âge d'or des sitcoms américaines, où l'absence de références ne nuit en rien au plaisir qu'on y prend (du moins pour l'instant).
Les gags, tout aussi éculés qu'ils soient, fonctionnent toujours aussi bien ; l'absurdité n'ayant pas de date limite de péremption. Surtout avec une distribution si impliquée. 
I love (Vision)
            Mais la vraie réussite de « WandaVision » réside en un mariage de la carpe et du lapin des plus réussi. Si rires et sourires occupent la majeure partie des 30 minutes respectives de chaque épisode diffusé en 4:3, les bulles d'angoisse qui y explosent, à un rythme erratique, d'autant plus anxiogène, donnent au show cathodique une atmosphère des plus étrange.
D'où il résulte que les apparences sont, évidemment, trompeuses.
            En conclusion (provisoire),
« WandaVision » semble être un programme que sa postmodernité n'empêche apparemment pas d'apprécier. Si, bien sûr, un diplôme ès Marvel™ est le bienvenu, n'importe quel téléspectateur, capable de suspendre sont incrédulité et d'herculepoiroter ce qui se passe à l'écran, risque d'y trouver son content d'évasion.
C'est du moins ce qui m'est arrivé.
          En outre, rien n'empêche, ensuite, de se repasser les épisodes pour y chercher les indices cachés, ou de consulter les sites internet qui les ont (déjà) exhaustivement recensés.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er