Accéder au contenu principal

La vie ô combien ordinaire d'Hannah Green [Michael Marshall Smith / Laurence Boischot]

M
ichael Marshall Smith est apparu sur le radar des lecteurs francophones d'Imaginaire à la fin du siècle dernier avec une signature résolument Sf [Pour en savoir +]. Puis, au tout début du XXIème siècle, après trois ans de silence, il renvoie un écho dont les caractéristiques font de ses romans des thrillers hybridés avec de vrais morceaux d'épouvante. Quand ce n'est pas du Fantastique pur jus [Pour en savoir +]. 
Qu'il signe alors sous le pseudonyme de Michael Marshall. 
Un éclectisme qui ne surprendra pas les lecteurs qui ont lu ses nouvelles, notamment collectées dans un gros recueil commercialisé en 2008. 
Non, la surprise arrivera en 2009, avec le très décevant Les domestiques. Mais la raison n'en était pas l'auteur lui-même, mais plutôt l'éditeur hexagonal qui avait omis de préciser qu'il s'agissait d'un roman Young Adult™. Michael Marshall Smith, qui pour le coup signait M. Smith, ne diminuait pas que son patronyme sur la couverture, mais aussi le dosage des différents ingrédients qui se trouvaient dessous. Avec les conséquences inhérentes. 
À la fin de l'année dernière a paru, sous un nouveau pseudonyme, Michael Rutger, le premier roman d'une série qui s'intéresse à l'Histoire secrète© du monde : peuples oubliés, vestiges de visites d’extraterrestres antédiluviennes, cryptozoologie, etc. intitulé L’Anomalie [Pour en savoir +
Et, en ce mois de janvier 2021, paraît assez discrètement « La vie ô combien ordinaire d'Hannah Green ».   
            Commencé au travers d'histoires que racontait Michael Marshall Smith, au fil de son imagination, à son jeune fils avant qu'il ne s'endorme, ce roman n'en deviendra un qu'après un bon 1/3 de récits vespéraux. 
Si par la force des choses « La vie ô combien ordinaire d'Hannah Green » s'adresse aux jeunes lecteurs, il n'aura pas de mal à convaincre les autres. 
Je le dis en toute connaissance de cause, puisque d'ordinaire la littérature Young Adult™ me tombe littéralement des mains. 
            Sur un postulat narratif relativement simple, Michael Marshall Smith orchestre la rencontre de son rôle-titre avec ce qu'on appelle communément le Réalisme magique. Dont la couverture, signée Micaela Alcaino, restitue avec justesse l'atmosphère du genre.
            Hannah est une jeune fille que son père envoie vivre chez son grand-père, le temps de se faire à l'idée que sa femme l'a quitté. Coïncidence (?), son grand-père qui n'est pas celui que sa famille croit connaître, rencontre au début de ce séjour une vieille connaissance : le Diable ! 
            Le Réalisme magique est apparu, à l'origine, en 1925, pour qualifier un mouvement artistique en peinture. Il a ensuite été préempté par la littérature sud-américaine d’avant-garde, laissant croire - à tort - qu'il ne concernait qu'elle. 
Assez proche de la Low fantasy, voire de la Fantasy urbaine, il s'en distingue par le traitement de thèmes, de contextes sur un mode - réaliste - que l'on trouve plus volontiers en littérature blanche. 
Ces thèmes, par exemple ici le divorce, cohabitent avec un réenchantement du monde (la partie magique du genre), sans pour autant perdre leur banalité. Parfois cruelle. 
            Si « La vie ô combien ordinaire d'Hannah Green » est pour lui un nouveau territoire littéraire, Michael Marshall Smith n'a toutefois pas oublié d'y emmener son atypie créative. Dont la relecture des stéréotypes qui fait toujours merveille. Pour preuve, sa version 2.0 du Christianisme. 
Laquelle n'est relativisée que par l'excellente caractérisation d'un second rôle, dont les parcimonieuses apparitions valent à elles seules la lecture de cet excellent roman. J'ai nommé Palafre (Vaneclaw en V.O), le gnome accidenteur ! 
Mais comme de bien entendu avec le natif de Knutsford (G-B), et actuel résidant de la bonne ville de Santa Cruz (CA), où se déroule justement une grande part du roman, les bonnes idées sont légion (sic)
            En conclusion sachez, que « La vie ô combien ordinaire d'Hannah Green » est un roman accessible sans autorisation parentale, et que les plus jeunes de nos lecteurs pourront - sans complexes - le recommander à leurs aînés.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er