Accéder au contenu principal

Frères de chair [Michael Marshall Smith / Hélène Collon]

1998 aura été, en France, une années faste pour Michael Marshall Smith. Deux romans publiés à un mois d'intervalle, plus une nouvelle et un entretien dans la revue Ténèbres©. Tout ça, entre septembre et octobre.
            Dès son premier roman, Avance rapide, ce nouveau venu m'avait définitivement accroché. Et je lui suis depuis resté fidèle.
Au point de me replonger, ces derniers jours, dans son deuxième roman « Frères de chair », dont je ne gardais comme souvenirs que deux choses.
Dont l'une, la « Brèche », restait encore, 20 ans après, très originale.

Michael Marshall Smith est un auteur qui a commencé par écrire des nouvelles qui ressortissent à l’horreur. Une atmosphère qui ne sera dès lors plus jamais très éloignée de ce qu'il écrira ensuite. Quand bien même serait-on dans un techno-thriller sous stéroïdes comme ici (qui, pour être tout à fait complet s'inspire d'une de ses propres nouvelle intitulée La joie de recevoir). 
            Influencé par une poignée d'auteurs de romans noirs avant d'entreprendre l'écriture de « Frères de chair », ce dernier en épousera en effet certains stéréotypes. Mais accommodés à un sens de l'étrange quasi lovecraftien. Mais pas celui, bien trop convenu, du soi-disant « Mythe ».
Si un intérêt certain pour la gent féline rapproche indéniablement les deux auteurs, l'horreur dans ce qu'elle a de plus viscérale, aboute une partie de leur imaginaire bien plus sûrement.

            « Frères de chair » pourrait paraître déroutant en cela qu'il se sert de ce qui se déroule à la « Ferme »(1)  comme d'un effet équivalent à celui du marteau qui frappe un percuteur pour faire détoner une amorce. Cet enchaînement, indispensable, ne dit toutefois rien de la trajectoire de la balle. Ni de ses effets destructeurs.
La « Ferme » en question n'est cependant pas une péripétie interchangeable. Elle soulève au contraire son lot de conséquences (et de questions). Mais son allégeance centripète à la « Brèche » ne souffrira aucune remise en cause.

            La « Brèche » donc, c'est le noyau dur du roman. Mais aussi ce qui en fait l'originalité. Par-delà même sa source d'inspiration qui elle, n'a rien d'originale. Les sources devrais-je dire. C'est peut-être là d'ailleurs que se niche l'originalité que je lui trouve.
Dans cette rencontre contre-nature de sources dont le tout résiste à tout explicite. 
 « Frères de chair » contient bien d'autres thèmes, les MegaComms™, le Raviss®, un futur dont je ne suis guère pressé qu'il arrive, etc.

            Vingt ans plus tard, « Frères de chair » n'a au final rien perdu de sa force. 
Cette relecture aura d'ailleurs plus été une lecture ; tant je ne me souvenais pas, en définitive, de grand chose. Sinon de l'excellent souvenir qui m'en restait.
Lequel souvenir n'en ressortira pas amoindri de cette re-lecture.

Bref, « Frères de chair » peut, à mon avis, dès à présent et sans rougir, rejoindre, n'importe quelle bibliothèque du XXIe siècle. À la condition de ne pas avoir peur d'avoir peur.
Brrrr !!!!            
__________________  
(1) La « Ferme » dont le besoin d'en connaitre ne m'autorise pas en divulguer la nature à quiconque n'a pas lu le roman.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Triple frontière [Mark Boal / J.C. Chandor]

En même temps qu'un tournage qui devait débuter en 2011, sous la direction de K athryn B igelow, Triple frontière se verra lié à une tripotée d'acteurs bankables : S ean P enn, J avier B ardem, D enzel W ashington. Et même T om H anks. À ce moment-là, le titre est devenu Sleeping dogs , et d'autres noms circulent ( C hanning T atum ou encore T om H ardy). Durant cette période de valses-hésitations, outre M ark B oal au scénario, la seule constante restera le lieu où devrait se dérouler l'action. La « triple frontière » du titre est une enclave aux confins du Paraguay , du Brésil et de l' Argentine , devenue zone de libre-échange et symbole d'une mondialisation productiviste à fort dynamisme économique. Le barrage d' Itaipu qui y a été construit entre 1975 et 1982, le plus grand du monde, produirait 75 % de l’électricité consommé au Brésil et au Paraguay . Ce territoire a même sa propre langue, le « Portugnol », une langue de confluence, mélange d

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'

Big Wednesday (John Milius)

Une anecdote circule au sujet du film de J ohn M ilius, alors qu'ils s’apprêtaient à sortir leur film respectif ( La Guerre des Etoiles , Rencontre du Troisième Type et Big Wednesday ) G eorge L ucas, S teven S pielberg et J ohn M ilius  auraient fait un pacte : les bénéfices de leur film seront mis en commun et partagés en trois. Un sacré coup de chance pour M ilius dont le film fit un flop contrairement aux deux autres. Un vrai surfeur ne doit pas se laisser prendre au piège de la célébrité  Un vrai surfeur ne doit pas se sentir couper des siens. Il ne doit pas courir derrière les dollars, ni gagner toutes les compétitions. [..] M idget F arrelly champion du monde de surf 1964  ... Big Wednesday est l'histoire de trois jeunes californiens dont la vie est rythmée par le surf ; on les découvre en pleine adolescence au cours de l'été 1962, et nous les suivrons jusqu'à un certain mercredi de l'été 1974.   L'origine du surf se perd dans la nuit des