Accéder au contenu principal

Frères de chair [Michael Marshall Smith / Hélène Collon]

1998 aura été, en France, une années faste pour Michael Marshall Smith. Deux romans publiés à un mois d'intervalle, plus une nouvelle et un entretien dans la revue Ténèbres©. Tout ça, entre septembre et octobre.
            Dès son premier roman, Avance rapide, ce nouveau venu m'avait définitivement accroché. Et je lui suis depuis resté fidèle.
Au point de me replonger, ces derniers jours, dans son deuxième roman « Frères de chair », dont je ne gardais comme souvenirs que deux choses.
Dont l'une, la « Brèche », restait encore, 20 ans après, très originale.

Michael Marshall Smith est un auteur qui a commencé par écrire des nouvelles qui ressortissent à l’horreur. Une atmosphère qui ne sera dès lors plus jamais très éloignée de ce qu'il écrira ensuite. Quand bien même serait-on dans un techno-thriller sous stéroïdes comme ici (qui, pour être tout à fait complet s'inspire d'une de ses propres nouvelle intitulée La joie de recevoir). 
            Influencé par une poignée d'auteurs de romans noirs avant d'entreprendre l'écriture de « Frères de chair », ce dernier en épousera en effet certains stéréotypes. Mais accommodés à un sens de l'étrange quasi lovecraftien. Mais pas celui, bien trop convenu, du soi-disant « Mythe ».
Si un intérêt certain pour la gent féline rapproche indéniablement les deux auteurs, l'horreur dans ce qu'elle a de plus viscérale, aboute une partie de leur imaginaire bien plus sûrement.

            « Frères de chair » pourrait paraître déroutant en cela qu'il se sert de ce qui se déroule à la « Ferme »(1)  comme d'un effet équivalent à celui du marteau qui frappe un percuteur pour faire détoner une amorce. Cet enchaînement, indispensable, ne dit toutefois rien de la trajectoire de la balle. Ni de ses effets destructeurs.
La « Ferme » en question n'est cependant pas une péripétie interchangeable. Elle soulève au contraire son lot de conséquences (et de questions). Mais son allégeance centripète à la « Brèche » ne souffrira aucune remise en cause.

            La « Brèche » donc, c'est le noyau dur du roman. Mais aussi ce qui en fait l'originalité. Par-delà même sa source d'inspiration qui elle, n'a rien d'originale. Les sources devrais-je dire. C'est peut-être là d'ailleurs que se niche l'originalité que je lui trouve.
Dans cette rencontre contre-nature de sources dont le tout résiste à tout explicite. 
 « Frères de chair » contient bien d'autres thèmes, les MegaComms™, le Raviss®, un futur dont je ne suis guère pressé qu'il arrive, etc.

            Vingt ans plus tard, « Frères de chair » n'a au final rien perdu de sa force. 
Cette relecture aura d'ailleurs plus été une lecture ; tant je ne me souvenais pas, en définitive, de grand chose. Sinon de l'excellent souvenir qui m'en restait.
Lequel souvenir n'en ressortira pas amoindri de cette re-lecture.

Bref, « Frères de chair » peut, à mon avis, dès à présent et sans rougir, rejoindre, n'importe quelle bibliothèque du XXIe siècle. À la condition de ne pas avoir peur d'avoir peur.
Brrrr !!!!            
__________________  
(1) La « Ferme » dont le besoin d'en connaitre ne m'autorise pas en divulguer la nature à quiconque n'a pas lu le roman.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service