Accéder au contenu principal

Thin Air [Richard K. Morgan / Claude Mamier], une critique-feuilleton

Critique un peu particulière aujourd’hui, puisqu’elle prendra la forme du premier épisode d’un feuilleton.
            En effet, j’aimerais tenter l’aventure d’une critique en épisode, au rythme de ma lecture du dernier roman en date de Richard K. Morgan. 
Une sorte de « Ligne verte », toute chose égale par ailleurs, au temps du Covid-19® et de la blogosphère. Pour citer un des derniers projets de roman-feuilleton qui me vient en tête. À raison de deux livraisons par semaine.
Mais surtout il s’agira, et c’est là que réside le défi en ce qui me concerne, d’avoir quelque chose à dire sur les pages lues, qui ne soit pas qu’un bête résumé.
Bref, voyons ça de plus près …….
           Deuxième roman se déroulant dans le même univers que celui de Black Man [Pour en savoir +], mais ce coup-ci sur Mars, « Thin Air » est toujours écrit par Richard K. Morgan, un romancier dont la notoriété a connu un sacré bond, à compter du moment où sa précédente série romanesque a été adaptée en série télévisée, et en anime [Pour en savoir +].
Cela dit, Black Man est - à mon avis - très au-dessus des (deux premières) romans de Takeshi Kovacs.

« Thin Air »donc, qui peut semble-t-il se lire indépendamment, paie son tribu à l'un des plus fameux Planet opera du genre, voire au genre lui-même.

            En effet, Planet opera martien sourcilleux de ses origines, le roman de Morgan s’imprègne assez rapidement de la bonne odeur du Stetson™ et des six-coups (grâce au biais de corrélation illusoire).

Redevable en cela à l'imaginaire d'Edgar Rice Burroughs, dont l’influence n’est plus à prouver, qui se voyait garder la Frontière au sein du célèbre 7ème de Cavalerie, ou s’engager aux côtés de Roosevelet et de ses Rough Riders, avant que le principe de réalité ne le rattrape. Et qu’il ne transforme ses rêves d’aventures en romans d’évasion. 

Arracher à un futur d’aventurier, Edgar Rice Burroughs restera néanmoins fidèle à l'idée d'une Frontière made in Frederik J. Turner, et transformera - entre autres - la jungle africaine, Pellucidar et, pour ce qui nous cerne plus immédiatement, la planète Mars (alias Barsoom, voir la carte de Larry Ivie supra) en « Nouvelle Frontière », sur le modèle de la Conquête de l’Ouest™. 

Un penchant que le Planet opera et le Space opera garderont longtemps. Parfois de manière moins évidente, mais que l’idéologie de la « Destinée manifeste », jamais vraiment absente, se chargera de garantir AOC. 

            En l'espèce, le début de « Thin Air » tient largement les promesses qu'on pouvait extrapoler de Black Man, et s'annonce comme un roman très prometteur. Un excellent page-turner, avec, croyez-le ou non, une conscience sociale. Mazette !! 

(À suivre ...)

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service