Accéder au contenu principal

Thin Air [Richard K. Morgan / Claude Mamier], une critique-feuilleton

Critique un peu particulière aujourd’hui, puisqu’elle prendra la forme du premier épisode d’un feuilleton.
            En effet, j’aimerais tenter l’aventure d’une critique en épisode, au rythme de ma lecture du dernier roman en date de Richard K. Morgan. 
Une sorte de « Ligne verte », toute chose égale par ailleurs, au temps du Covid-19® et de la blogosphère. Pour citer un des derniers projets de roman-feuilleton qui me vient en tête. À raison de deux livraisons par semaine.
Mais surtout il s’agira, et c’est là que réside le défi en ce qui me concerne, d’avoir quelque chose à dire sur les pages lues, qui ne soit pas qu’un bête résumé.
Bref, voyons ça de plus près …….
           Deuxième roman se déroulant dans le même univers que celui de Black Man [Pour en savoir +], mais ce coup-ci sur Mars, « Thin Air » est toujours écrit par Richard K. Morgan, un romancier dont la notoriété a connu un sacré bond, à compter du moment où sa précédente série romanesque a été adaptée en série télévisée, et en anime [Pour en savoir +].
Cela dit, Black Man est - à mon avis - très au-dessus des (deux premières) romans de Takeshi Kovacs.

« Thin Air »donc, qui peut semble-t-il se lire indépendamment, paie son tribu à l'un des plus fameux Planet opera du genre, voire au genre lui-même.

            En effet, Planet opera martien sourcilleux de ses origines, le roman de Morgan s’imprègne assez rapidement de la bonne odeur du Stetson™ et des six-coups (grâce au biais de corrélation illusoire).

Redevable en cela à l'imaginaire d'Edgar Rice Burroughs, dont l’influence n’est plus à prouver, qui se voyait garder la Frontière au sein du célèbre 7ème de Cavalerie, ou s’engager aux côtés de Roosevelet et de ses Rough Riders, avant que le principe de réalité ne le rattrape. Et qu’il ne transforme ses rêves d’aventures en romans d’évasion. 

Arracher à un futur d’aventurier, Edgar Rice Burroughs restera néanmoins fidèle à l'idée d'une Frontière made in Frederik J. Turner, et transformera - entre autres - la jungle africaine, Pellucidar et, pour ce qui nous cerne plus immédiatement, la planète Mars (alias Barsoom, voir la carte de Larry Ivie supra) en « Nouvelle Frontière », sur le modèle de la Conquête de l’Ouest™. 

Un penchant que le Planet opera et le Space opera garderont longtemps. Parfois de manière moins évidente, mais que l’idéologie de la « Destinée manifeste », jamais vraiment absente, se chargera de garantir AOC. 

            En l'espèce, le début de « Thin Air » tient largement les promesses qu'on pouvait extrapoler de Black Man, et s'annonce comme un roman très prometteur. Un excellent page-turner, avec, croyez-le ou non, une conscience sociale. Mazette !! 

(À suivre ...)

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Suicide Squad [ James Gunn & Co. ]

D’après le réalisateur J ames G unn, J ohn O strander, le scénariste de bandes dessinées qui a recréé la Suicide Squad ® en 1987 - et à qui le réalisateur a offert un caméo, est ravi par le film.  Autrement dit, malgré une direction aux antipodes de celle qu’il avait adoptée lors de son run (1987-1992), J ohn O strander accorde son onction au jeune prodige. Sympa !  Lequel réalisateur réutilise tout ce qui a fait le succès des Gardiens de la galaxie i.e. : si vous avez aimé les deux blockbusters du MCU™, vous aimerez ce nouvel épisode de la Suicide Squad ® . Quand bien même la formule gagnante est en contradiction complète avec l’idée-force de l’équipe cornaquée au siècle dernier par J ohn O strander ; où chaque membre était susceptible de mourir pour l’accomplissement de la mission.              J ames G unn opte en effet pour le ton parodique qu’on lui connaît, un choix déterminisme qui transforme tous ses personnages en caricature, certes très amusantes, mais dont le destin im

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Cherudek [Valerio Evangelisti / Serge Quadruppani / Éric Vial]

  Quatrième tome du cycle que consacre V alerio E vangelisti à Nicolas Eymerich (si on désire comme moi suivre les aventures de l’inquisiteur de manière chronologique), « Cherudek » est clairement une étape décisive en termes de complexité ; doublée d’une belle réussite.              Comme de coutume plusieurs époques ( ?) forment la trame de l’histoire, mais seule l’année 1360 est clairement identifiée comme telle.  Les deux autres points de vue apparaissent successivement, et respectivement, dans les chapitres intitulés « Néghentropie » et « Temps zéro », lesquels seront numérotés (I), (II), etc. , voire sous-titrés pour ce qui concerne les seconds.  Au même titre que l’obscur « Cherudek », la signification de « Néghentropie » et de « Temps zéro » sera révélée au comble d'une intrigue trépidante.  « Si certains célèbrent encore des cultes païens, votre devoir d’inquisiteur n’est pas de vous poser de vaines questions, mais de leur faire avouer les noms de leurs complices et