Accéder au contenu principal

Thin Air [Richard K. Morgan / Claude Mamier], une critique-feuilleton

Critique un peu particulière aujourd’hui, puisqu’elle prendra la forme du premier épisode d’un feuilleton.
            En effet, j’aimerais tenter l’aventure d’une critique en épisode, au rythme de ma lecture du dernier roman en date de Richard K. Morgan. 
Une sorte de « Ligne verte », toute chose égale par ailleurs, au temps du Covid-19® et de la blogosphère. Pour citer un des derniers projets de roman-feuilleton qui me vient en tête. À raison de deux livraisons par semaine.
Mais surtout il s’agira, et c’est là que réside le défi en ce qui me concerne, d’avoir quelque chose à dire sur les pages lues, qui ne soit pas qu’un bête résumé.
Bref, voyons ça de plus près …….
           Deuxième roman se déroulant dans le même univers que celui de Black Man [Pour en savoir +], mais ce coup-ci sur Mars, « Thin Air » est toujours écrit par Richard K. Morgan, un romancier dont la notoriété a connu un sacré bond, à compter du moment où sa précédente série romanesque a été adaptée en série télévisée, et en anime [Pour en savoir +].
Cela dit, Black Man est - à mon avis - très au-dessus des (deux premières) romans de Takeshi Kovacs.

« Thin Air »donc, qui peut semble-t-il se lire indépendamment, paie son tribu à l'un des plus fameux Planet opera du genre, voire au genre lui-même.

            En effet, Planet opera martien sourcilleux de ses origines, le roman de Morgan s’imprègne assez rapidement de la bonne odeur du Stetson™ et des six-coups (grâce au biais de corrélation illusoire).

Redevable en cela à l'imaginaire d'Edgar Rice Burroughs, dont l’influence n’est plus à prouver, qui se voyait garder la Frontière au sein du célèbre 7ème de Cavalerie, ou s’engager aux côtés de Roosevelet et de ses Rough Riders, avant que le principe de réalité ne le rattrape. Et qu’il ne transforme ses rêves d’aventures en romans d’évasion. 

Arracher à un futur d’aventurier, Edgar Rice Burroughs restera néanmoins fidèle à l'idée d'une Frontière made in Frederik J. Turner, et transformera - entre autres - la jungle africaine, Pellucidar et, pour ce qui nous cerne plus immédiatement, la planète Mars (alias Barsoom, voir la carte de Larry Ivie supra) en « Nouvelle Frontière », sur le modèle de la Conquête de l’Ouest™. 

Un penchant que le Planet opera et le Space opera garderont longtemps. Parfois de manière moins évidente, mais que l’idéologie de la « Destinée manifeste », jamais vraiment absente, se chargera de garantir AOC. 

            En l'espèce, le début de « Thin Air » tient largement les promesses qu'on pouvait extrapoler de Black Man, et s'annonce comme un roman très prometteur. Un excellent page-turner, avec, croyez-le ou non, une conscience sociale. Mazette !! 

(À suivre ...)

Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …